Domenico La Rocca, appelé Nick, est né à la Nouvelle-Orléans le 11 avril 1889. Fils d’émigrants siciliens, son père Girolamo La Rocca est originaire de Salaparuta et sa mère, Nina De Vita, de Poggioreale. Les parents choisirent d’émigrer aux USA et plus précisément à la Nouvelle-Orléans, cette ville de la Louisiane, qui a accueilli, pendant longtemps, un grand nombre de Siciliens, en particulier en provenance de Palerme et de Trapani.

À cet égard, je voudrais rappeler que la Sicile, en 1861, au moment de l’unité de l’Italie, avait connu une croissance démographique exceptionnelle. Il y avait trop de Siciliens. En outre, des idées étranges commençaient à circuler dans les campagnes sur l’appropriation abusive des terres et sur l’idée de révolte des masses populaires et paysannes. Les maîtres américains se sont retrouvés avec un problème similaire.

La guerre civile avait libéré quatre millions d’esclaves noirs qui refusaient maintenant de travailler sous le fouet. Il fallait donc s’en débarrasser et trouver de nouveaux esclaves. Les Américains ont appelé ce projet «push and pull», pousser et tirer.

L’Italie, de son côté, avait repoussé les masses, les réduisant à la misère. Elles se faisaient tirer dessus par les carabiniers. La seule possibilité qui restait aux Siciliens, désormais dans les affres de la misère et du désespoir, était de fuir et partir en Amérique. C’est comme ça que la Louisiane et le Mississippi les ont attirés. Entre 1880 et 1900, plus de 100 mille Siciliens quitteront l’île : des villes de l’inter-land de Trapani et Palerme comme Corleone, Sambuca, Gibellina, Salaparuta, Poggioreale..se vidèrent. Les Siciliens remplaceront vite les esclaves noirs dans les plantations de coton.Dès son plus jeune âge, Nick démontre son amour et son aptitude pour la musique jazz en tant que cornettiste, jouant le cornet, un instrument à vent de la famille des cuivres. Nick La Rocca est à juste titre considéré comme le pionnier dans cette spécialité dans laquelle il est exécuteur et compositeur. Après les premières années difficiles, en 1916, il rejoint le groupe de Johnny Stein, qui devint plus tard le célèbre «Original Dixieland Jazz Band», dont il est le fer de lance.Beaucoup de chansons très réussies et composées par Nick avec son groupe ont eu du succès comme la célèbre «Tiger Rag» qui avait vendu des milliers de disques et conquis les cœurs des Américains.En 1919, l’«Original Dixieland Jazz Band» se produit à Londres en tant qu’orchestre officiel pour célébrer le traité de Versailles à l’hôtel Savoy. C’est la fin de la Première Guerre mondiale. A cette occasion, le groupe s’est produit devant le roi George V, fasciné par l’exécution.

En 1920, le «Dixieland Jazz Band» retourne triomphalement à New York, où Nick La Rocca et ses musiciens poursuivent leur succès jusqu’en 1922, quand un fort mouvement contre le Jazz éclate, ce qui conduira Nick à déménager à Harlem.

En 1925, il décida de dissoudre le groupe. L’industrie de la musique a été en stand-by pendant dix ans pour reprendre en 1936 pour encore deux ans environ. Suite à ses mauvaises conditions de santé, Nick décida de dissoudre la bande de façon permanente. Il mourra à la Nouvelle-Orléans en 1961, à l’âge de soixante-douze ans.

En 1991, Claudio Lo Cascio, le premier et le seul musicien de jazz sicilien à avoir obtenu la citoyenneté honoraire de la Nouvelle-Orléans, a écrit le livre intitulé «Une histoire du jazz ; Nick La Rocca», dans lequel il expose les mérites du grand cornettiste.Un autre livre de Salvatore Mugno «Il biogrago di Nick La Rocca» a été publié aux éditions Arcana en mars 2017.

Le livre retrace la vie et l’histoire de Nick La Rocca sous forme de roman à travers des documents historiques originaux et inédits de la vie de ce cornettiste grincheux, brusque et vantard.

Depuis 2002, le «Nick La Rocca Jazz Festival» a lieu chaque année à San-Giorgio a Cremano dans la région de Naples.Le 16 juillet 2010, Renzo Arbore, connu show man italien, au «Festival du jazz de l’Ombrie» en Italie, présente le documentaire «De Palerme à la Nouvelle-Orléans», où Nick La Rocca figure comme le grand précurseur de la musique jazz.

Cette année 2020 marque le 103e anniversaire de sa première gravure.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alfonso Campisi
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire