Accueil Alfonso Campisi

Alfonso Campisi

Equipe Rédaction La Presse de Tunisie ,  Pr. Université de La Manouba, Président Chaire Sicile pour le dialogue des Cultures et des Civilisations

Articles par Alfonso Campisi

Mes odyssées en Méditerranée: Le siculo-tounsi, langue de la communauté sicilienne de Tunisie

L’occupation de la Tunisie a été considérée par les Italiens comme une conquête faite à «leur pays» et jamais acceptée et tolérée (V. la gifle de Tunis). A la fin du XIXe siècle, le mouvement de «colonisation italienne» est à peine à ses débuts, partout dans le pays, des agences italiennes parcourent la Tunisie à la recherche des propriétés à …

La collectivité italienne et la naissance des premiers mouvements syndicaux en Tunisie (1911-1925)

L’histoire du mouvement ouvrier en Tunisie est un sujet assez intéressant, mais difficile parfois à comprendre, vu sa complexité, liée entre autres aux lois du protectorat français et au nombre important de travailleurs italiens présents dans la Régence de Tunis. Il a été nécessaire donc d’un effort de ma part pour mieux comprendre et relire les temps forts du mouvement …

Mes odyssées en Méditerranée: “Simpaticuni”, premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)

laLe « Simpaticuni » (1911-1933)  est considéré comme l’un des rares journaux italiens de type régional dans le paysage journalistique de l’époque. La date de parution du « Simpaticuni » est le dimanche 18 juin 1911, un journal dialectal humoristique, satirique, littéraire. Son siège  se trouvait au 31,  rue Bab Souika à Tunis. Les premières quatre parutions du journal sont en sicilien …

Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?

La colonie italienne présente en Tunisie —sédimentée à la suite d’anciennes et de nouvelles vagues d’émigration des Juifs de Livourne du XVe siècle, appelés «Grana», de réfugiés politiques du Risorgimento, d’intellectuels militaires du Piémont aux prolétaires siciliens— avait dominé et continuait à dominer numériquement, et de par son importance, toutes les autres communautés européennes de Tunisie et en particulier la …

Mes odyssées en Méditerranée: Adelina Patti, La Goulette et le Théâtre de la rue Zarkoun

L’histoire de La Goulette est toujours assez surprenante pour un chercheur. Il suffit de fouiller dans les archives de l’époque pour se rendre vite compte de la grandeur et du beau monde que cette ville côtière pouvait attirer, parfois tout naturellement. Cela s’expliquerait aussi grâce à l’arrivée des navires de grand tonnage traversant la Méditerranée, faisant une escale imprévue en …

Mes odyssées en Méditerranée | Carlotta Fasciotti-Gnecco et la viabilisation des quartiers de Tunis

Marietta était mariée avec un maçon sicilien et habitait la “Petite Calabre”, l’un de ces quartiers déshérités de la Ville de Tunis, quartier situé entre l’Avenue de Paris et le Lac Bhira. Elle, femme de ménage chez une famille française, construisit une petite maison avec toutes les briques, tuiles et moellons qu’elle ramassait le long des routes, chaque soir, chaque …

Mes odyssées en Méditerranée: Le TGM (Tunis-Goulette-Marsa) et la Compagnie italienne Florio-Rubattino

Entre Tunis et La Marsa, circulait le petit train à vapeur acquis aux enchères par la Compagnie italienne Florio-Rubattino, et qui, en une demi-heure, contournait sur quinze kilomètres les rivages du lac de Tunis à La Goulette. Dans un article de l’époque, intitulé «Vingt jours à Tunis», l’écrivain Paul Arène en a laissé la description suivante : «Le voyage est …

123...8Page 1 De 8

Editorial

Edition Papier

Nécrologie

La Presse Magazine