La présidente du Parti Destourien Libre (PDL) Abir Moussi a affirmé lundi que son groupe parlementaire a adressé un avertissement officiel au président du parlement Rached Ghannouchi par voie d’un huissier notaire concernant la présence permanente de Imed Dghij dans les couloirs de l’hémicycle comme étant son accompagnateur et ce sans motif légal. Le bureau de l’Assemblée n’a pas prévu ce type de poste, a-t-elle dit.

S’exprimant en conférence de presse au siège du parlement, Moussi appelle, dans le texte de l’avertissement à retirer d’urgence à Imed Dghij la qualité d’accompagnateur parlementaire et de l’empêcher d’accéder à l’enceinte parlementaire. Elle a appelé à interdire à toute personne suspecte l’entrée au parlement.

La présidente du PDL a évoqué la campagne diffamatoire menée sur internet par Imed Dghij contre elle pour avoir demandé d’interdire à ce dernier l’accès au parlement. Car, a-t-elle ajouté, rien ne justifie sa présence régulière au parlement dans la mesure où il n’a pas été élu.

Selon Abir Moussi, le parlement est infiltré par  » les ligues de protection de la révolution « .

Elle a averti qu’en l’absence d’une réaction urgente, le groupe PDL tiendra le président du parlement et son chef de cabinet Habib Khedher responsables devant la loi d’encourager les discours de haine et d’incitation à la violence et d’attenter à l’intégrité des élus.

Sur un autre plan, Abir Moussi a appelé la présidence de la République et la présidence du gouvernement à dissoudre la Coalition Al Karama qu’elle qualifie d’ organisation incitant ouvertement à la violence et au takfir à l’intérieur du parlement. D’ailleurs, a-t-elle encore argué, Al Karama n’a aucune existence juridique en dehors du parlement en tant que parti politique.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Mohamed Touati

    29/06/2020 à 22:06

    Bravo Madame, il faut faire du ménage

    Répondre

Laisser un commentaire