La ville de Bousalem est exposée depuis 1973 à des inondations fréquentes causées par le débordement de Oued Medjerda

 Des habitants de la ville de Bousalem (gouvernorat de Jendouba), victimes des inondations par le passé, ont refusé, vendredi, de quitter la ville.

Ils ont estimé que l’Etat adopte une politique du « déplacement forcé » visant à vider la ville de Bousalem de ses habitants au lieu de la protéger et développer son infrastructure contre de telles catastrophes naturelles.

Les membres de la coordination locale pour la protection de la ville de Bousalem des inondations ont appelé à la mise en œuvre du projet japonais initié pour protéger la ville des inondations.

Selon les protestataires, le projet japonais propose une solution radicale pour la protection de la ville des inondations fréquentes.

Ils ont appelé, aussi, les autorités concernées à les impliquer et à adopter une approche participative dans l’identification, la sélection et la programmation de projets dans la région.

La ville de Bousalem est exposée depuis 1973 à des inondations fréquentes d’Oued Medjerda causant des pertes humaines et matérielles.

En 2003, des centaines d’habitants ont été déplacés vers un autre village aménagé grâce à un appui financier américain.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire