Le président de la République, Kaïs Saïed, s’est réuni, lundi, au palais de Carthage, avec le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi et ses deux vice-présidents Samira Chaouachi et Tarak Fetiti.

Selon un communiqué de la présidence de la République, cette réunion a été consacrée à l’examen du fonctionnement des rouages de l’Etat, et en particulier la situation qui prévaut ces derniers temps au parlement, se trouvant dans l’incapacité de s’acquitter de sa mission.

Le chef de l’Etat a souligné, à cet égard, que l’anarchie qui règne désormais à l’hémicycle est inacceptable, affirmant la nécessité de garantir le bon fonctionnement des rouages de l’Etat.

Il a assuré qu’il n’était pas en conflit avec quiconque et qu’il était très déterminé à agir en conformité avec la loi et selon la volonté et les aspirations du peuple.

Saied a également affirmé qu’il ne restera pas les bras croisés devant l’effondrement que connaissent les institutions de l’Etat, ajoutant que l’Etat sera toujours au dessus de toute autre considération.

Le fait d’entraver les travaux des institutions constitutionnelles est inadmissible à tous égards, a-t-il insisté.
Kais Saied a tenu à préciser que les dispositions de la Constitution garantissent la protection des institutions de l’Etat mais qu’il ne voulait pas y avoir recours à l’heure actuelle.

« Je ne laisserai pas l’Etat dans une telle situation », a-t-il toutefois assuré.

Par ailleurs, le président de la République a rappelé qu’en vertu de l’article 48 du règlement intérieur du parlement, le président de l’Assemblée est son représentant légal et chef de son administration.

Le chef de l’Etat a indiqué, en conclusion, que la Tunisie connaît la situation la plus dangereuse et la plus critique de son histoire depuis l’indépendance, appelant toutes les parties à faire preuve de responsabilité et à s’atteler à la résolution des vrais problèmes du peuple tunisien.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

3 Commentaires

  1. Liberte

    21/07/2020 à 07:45

    J’ai l’impression que le contraire qui se passe au pays cher président, le gouvernement qui est incompétent, ARP qui se soulève et fout le désordre, et je termine par le coronavirus et l’armée qui paralysent l’économie totale.

    Répondre

  2. Borhene Lakhoua

    21/07/2020 à 07:46

    Non monsieur le président, vous resterez les bras croisés.

    Répondre

  3. Osman Chater

    21/07/2020 à 09:23

    Je rêve de voir se concrétiser votre mission, Monsieur Kais Saed, et la Tunisie moderne et contemporaine porterait votre griffe pour les générations futures.

    Répondre

Laisser un commentaire