«Les deux équipes ont mérité leur qualification en finale. Elles ont su comment négocier les grands matches, notamment en demi-finale. L’EST, en se contentant de la victoire en aller par un seul but, s’est bien comportée au match retour, en glanant le nul face à un TPM pourtant difficile à manier dans son fief.
De son côté, le Wydad de Casablanca, grâce à sa victoire à l’aller (2-1), s’est qualifié pour l’apothéose, et ce, après avoir résisté à l’extérieur, en tenant tête à son adversaire, Mamelodi Sundowns.
Ainsi, la finale, considérée comme un derby entre deux équipes maghrébines, sera spectaculaire et attractive.
L’EST sera confrontée à deux adversaires, à savoir le WAC et le coach Faouzi Benzarti qui connaît les “Sang et Or” sur le bout des doigts. Bref, l’EST est un livre ouvert. Toutefois Mouine Chabani et Mejdi Taoui en connaissant aussi un rayon sur la philosophie de jeu de Benzarti».

«Se mettre à l’abri…»
«Je souhaite bien sûr que l’EST conserve le titre africain. Elle en est capable grâce à un effectif étoffé et homogène. Néanmoins, elle doit réussir le match aller et se mettre donc à l’abri. Sur ce, lors de la finale de 2011, nous avons match fait nul (0-0 )à l’aller, et puis, nous avons remporté la seconde manche.
Enfin, nos joueurs ne doivent pas s’occuper de l’arbitrage. Ils n’ont qu’à mettre le ballon au fond des filets ! J’ai confiance en mon équipe. Grâce à sa cohésion, la rage de vaincre des joueurs, la tactique adéquate et la bonne préparation mentale, elle conservera son titre africain».
Salah KA.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Dossier du Lundi

Un commentaire

  1. NAILI Raouf

    13/05/2019 à 17:15

    S’il fallait désigner un responsable de la dégradation de la qualité du foot en Tunisie, de la disparition du fair-play, c’est bien à ce joueur qu’on le doit. Il est à l’origine des simulations qui a gagné maintenant tous les stades et surtout les goals. Rappelez-vous son son comportement quasi-guerrier sur terrain.

    Merci M. El Ouaer. Grâce à vous, on ne va plus au stade et on zappe pour ne pas assister au spectacle affligeant du foot tunisien sur terrain et dans les gradins. A votre époque, c’est bien l’esprit mafieux qui s’est installé : gagner par tous les moyens, quitte à couper l’électricité du stade pour éviter une défaite.
    Non, M.El Ouaer on ne va pas vous regretter et on vous a déjà oublié.

    Répondre

Laisser un commentaire