Le rapport publié hier par l’organisation I Watch est accablant. Selon cette organisation proche de Transparency International, plus de 160 syndicalistes de la Transtu bénéficient depuis près d’un an et demie de plusieurs heures de travail fictifs rémunérés.

Selon les documents qu’aurait reçu l’organisation, 14 agents de la société devaient travailler 8 heures par jour à l’entrepôt de Beb Saâdoune, sauf qu’en réalité, ceux-ci n’ont jamais vraiment travaillé.

L’un des agents épinglés par le rapport aurait même décroché un second emploi dans un restaurant populaire dans la région de Chebbaou (Oued Ellil), alors qu’il était payé pour travailler en tant que conducteur de bus ou guichetier. Selon le même rapport, un autre agent aurait séjourné pendant près d’une semaine en Algérie, sans avoir obtenu un congé.

L’organisation I Watch évalue à 3,5 millions de dinars par an  le total des pertes financières subies par la société en raison de ces emplois fictifs.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire