L’évènement «Green Night» s’apprête à rassembler, encore une fois, les chercheurs et les jeunes mus par le souci de monter des projets environnementaux, socioéconomiques et de développement durable, fondés sur des approches purement scientifiques, d’une part, et le public, y compris les entreprises dans le besoin de visions progressistes voire futuristes, à même de propulser leurs activités, d’autre part.

En effet, «La nuit des chercheurs 2020» se tiendra le 27 novembre. Cette fois-ci, l’évènement s’appuiera sur les Ntics — situation pandémique oblige — afin de regrouper un grand nombre de candidats autour de plusieurs «deals» incitant à l’élaboration de projets sur fond scientifique ayant une finalité développementale. Il est bon de rappeler que «Green Night» s’inscrit dans le cadre du projet «Tunisian researcher’s and citizen’s Deal», lequel est développé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et plus précisément par l’Unité de gestion du Programme européen R&I horizon 2020 et  est financé par la Commission européenne. Plusieurs parties prenantes contribuent, de leurs côtés respectifs, à la réussite de l’évènement, notamment l’Agence nationale de la promotion de la recherche scientifique (Anpr), l’Association de recherche scientifique et innovation en informatique (Arsii), l’Association recherche en action (React), la Cité des sciences de Tunis (CST), le Palais des sciences de Monastir (PSM) et le Village des sciences de Tataouine (VST).

Un évènement scientifique en ligne

En effet, après l’édition de 2018, laquelle avait connu un succès de taille et à laquelle ont participé pas moins de 4.000 candidats aspirant à décrocher le label du Programme, «la Nuit des chercheurs 2020» se doit d’être un évènement plus influent, aussi bien auprès des chercheurs, des entreprises qu’auprès du grand public. Cette année, et en raison de la situation pandémique, l’évènement usera du digital pour réussir sa mission, celle notamment de mettre en lumière l’importance de la recherche scientifique sur le développement durable, d’une manière générale, et sur la vie des citoyens et l’essor de l’entreprise, en particulier. Aussi, un espace d’exposition virtuelle sera-t-il mis à la disposition des éventuels candidats et du public. La concurrence des candidats sera rude vu la pertinence des organisateurs à choisir des deals ayant trait aussi bien aux besoins des citoyens, des entreprises mais aussi aux enjeux environnementaux et autres socioéconomiques qui s’offrent aux chercheurs scientifiques.

La recherche au cœur du développement

Ainsi, cinq deals seront répartis en six espaces thématiques virtuels, à savoir «Espace et Terre», «Ecologie et bien-être», «Robotique et digital», «Art et culture», ainsi qu’un pavillon conçu pour l’UE Corner et destiné aux success stories horizon 2020 Tunisie. Un autre espace virtuel, baptisé «Covid Space», sera réservé aux actions de recherche scientifiques et d’innovation, développées suite à la pandémie du Covid-19.

Chacun des deals précités sera mis en exergue dans le cadre d’un espace virtuel qui lui sera spécifique. Notons qu’une plateforme digitale est disponible pour lancer les pré-évènements de Green Night, notamment «Green Night Challenges», «e-caravane», «e-Training» pour la médiation scientifique, ainsi que des tables rondes thématiques virtuelles.

Il est à souligner, en outre, qu’une application mobile gratuite Green Night est destinée à la promotion, à l’inscription et à l’évaluation de l’évènement au profit du grand public. Cet évènement sera clôturé par la distinction des meilleurs projets concoctés par les candidats, une distinction qui traduira, sans aucun doute, l’importance de certains projets et leurs impacts insoupçonnables sur le développement de certains créneaux via la recherche scientifique. Cette dernière constitue un vecteur de développement à renforcer et à promouvoir, non seulement pour inciter les jeunes compétences à investir leurs potentiels dans la recherche mais aussi pour apporter le plus aux secteurs stratégiques et autres d’avenir.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire