Le chef du gouvernement Hichem Mechichi a affirmé que la mort tragique du jeune médecin à Jendouba reflète les conditions déplorables dans lesquelles travaillent les cadres médicaux et paramédicaux à cause de la négligence et la mauvaise gestion dans plusieurs hôpitaux qui « s’étaient transformés en cimetière aussi bien pour les patients que les médecins », a-t-il regretté.

« Cette situation n’est plus acceptable », a insisté Mechichi dans une déclaration aux médias pendant qu’il s’est rendu, vendredi, à Kasserine pour présenter ses condoléances à la famille du martyr, soulignant l’urgence d’entamer une réforme du secteur de la santé.

Il a, dans ce cadre, appelé à l’importance d’unir les rangs et d’éviter les intérêts étriqués en vue de faire avancer le pays.

Badreddine Aloui, médecin-résident à l’hôpital régional de Jendouba, est décédé le 3 décembre 2020, dans une chute d’un ascenseur en panne à l’hôpital. L’incident a suscité la colère du cadre soignant et une enquête a été ouverte pour déterminer les responsabilités.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire