Pour la première fois dans le monde, la bourse américaine de Wall Street vient d’afficher l’eau comme une liquidité boursière, dans un contexte mondiale marqué par les changements climatiques et où l’idée de gérer les risques associés à l’eau prend une importance accrue.

À cet égard, les boursiers de Wall Street, la plus grande bourse du monde, plus précisément, le Chicago Mercantil Exchange et le Nasdaq ont lancé des contrats à terme sur l’eau californienne, ce qui est une grande première pour cette ressource naturelle qui rejoint ainsi l’or, le pétrole ou le blé.

Les financiers estiment qu’ils pourraient bien tirer profit de cette source qui se tarit.

« Les agriculteurs, les fonds spéculatifs et les municipalités sont désormais en mesure de se prémunir contre – ou de parier sur – la disponibilité future de l’eau en Californie, le plus grand marché agricole américain et la cinquième économie mondiale », lit-on sur le site Bloomberg.

Le contrat de janvier 2021 de CME Group Inc, lié au marché de l’eau au comptant de 1,1 milliard de dollars en Californie, s’est négocié pour la dernière fois à 496 points d’indice, soit 496 dollars l’acre-pied, apprend-t-on de la même source.

Les contrats, une première du genre aux États-Unis, ont été annoncés en septembre alors que la chaleur et les incendies de forêt ravageaient la côte ouest des États Unis et que la Californie sortait d’une sécheresse de huit ans.

Ils sont censés servir à la fois de couverture pour les gros consommateurs d’eau, tels que les producteurs d’amandiers et les services publics d’électricité, contre les fluctuations des prix de l’eau.

La pénurie d’eau et sa tarification, un sujet brûlant pour les années à venir !

« Les changements climatiques, les sécheresses, la croissance démographique et la pollution feront probablement des problèmes de pénurie d’eau et de tarification un sujet brûlant pour les années à venir », a déclaré Deane Dray, directeur général et analyste de RBC Marchés des capitaux, cité par la même source.

« Je suis ravi que nous ayons eu des échanges », a déclaré Clay Landry, directeur général de la société de conseil WestWater Research, qui fournit les données utilisées pour calculer l’indice de l’eau.

« Sur le marché physique, il est si difficile de conclure un accord. Cela me semble rapide comme l’éclair. « , a-t-il encore dit.

L’indice fixe un prix au comptant hebdomadaire de référence des droits d’eau en Californie, étayé par la moyenne pondérée en fonction du volume des prix de transaction sur les cinq marchés les plus importants et les plus négociés de l’État.

Les contrats à terme sont réglés financièrement, au lieu d’exiger la livraison physique réelle. Les contrats comprennent des contrats trimestriels jusqu’en 2022, chacun représentant 10 acres-pieds d’eau, soit environ 3,26 millions de gallons.

Barton « Buzz » Thompson, professeur de droit des ressources naturelles à l’Université de Stanford, a déclaré que s’il n’avait « aucune idée » du succès de l’avenir, il ne le voyait pas comme une transformation du marché de l’eau.

« Je ne pense pas que le contrat à terme lui-même change vraiment les marchés de l’eau », a déclaré Thompson. « Cela ne change pas non plus le risque qui existe là-bas que l’eau dans le futur à un moment donné sera dans un approvisionnement plus court, il répond simplement à ces choses.

CME a refusé d’identifier les participants potentiels au marché, sauf pour noter que la bourse a entendu des producteurs agricoles californiens, des agences publiques de l’eau, des services publics ainsi que des investisseurs institutionnels tels que des gestionnaires d’actifs et des fonds spéculatifs.

Landry de WestWater Research a déclaré qu’en plus de la probabilité d’un « grand intérêt » de Wall Street, il s’attend à ce que les premiers adeptes du futur de l’eau soient de grandes et petites entreprises agricoles.

(Photo: Getty images)

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire