Un imposant dispositif sécuritaire a été mis en place ce mardi autour de la place du Bardo en marge de la séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple consacrée au vote de confiance en faveur des ministres proposés dans le dernier remaniement.

Des véhicules de police et des unités sécuritaires importantes ont été déployés à 200 mètres du siège du parlement pour empêcher tout rassemblement ou mouvement de protestation.

Plusieurs députés des blocs de l’opposition et hors groupes comme Mongi Rahoui, ont dénoncé cette présence policière qu’ils ont jugé « excessive », estimant que ce dispositif sécuritaire reflète « la peur du gouvernement ».

Le député du bloc Tahya Tounes, Marouen Felfel a exprimé, quant à lui, sa vive protestation contre les barrages sécuritaires entourant le parlement, estimant qu’il s’agit d’un « siège policier ».

Pour le député du bloc démocratique Zied Ghanney, le parlement s’est transformé en une « zone militaire ».

A noter que des organisations de la société civile ont appelé, lundi, à un rassemblement de protestation devant le siège de l’ARP pour dénoncer « la détérioration de la situation socio-économique et les arrestations dans les rangs des jeunes protestataires ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire