La grève des médecins, médecins dentistes et pharmaciens hospitaliers prévue, demain mercredi, dans tous les hôpitaux universitaires de la République est maintenue, a annoncé mardi la secrétaire générale du syndicat, Ahlem Behadj.

Dans une déclaration à la TAP, elle a fait savoir que cette décision intervient suite à la non application des dispositions réglementaires de la convention sectorielle conclue le 6 octobre 2020 et la dégradation du secteur de la santé publique.

Elle a expliqué que la convention prévoit, notamment, l’élaboration de décrets relatifa à l’alignement du statut des médecins dentistes et pharmaciens hospitalo-universitaires sur celui des médecins hospitalo-universitaires et la création d’une prime de rentrée universitaire et d’une prime d’enseignement ainsi que l’augmentation de la prime d’encadrement.

Elle a ajouté que la convention n’a pas été appliqué par les ministères concernés, à savoir les ministères de la santé, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de la fonction publique, des finances, de l’économie et du développement de l’investissement comme convenu lors de la réunion du 6 janvier 2021 au cours de laquelle et ce à travers la publication des décrets y afférents dans le JORT avant le 27 janvier 2021.

Belhadj a évoqué la « situation alarmante » du secteur de la santé publique, aggravée, a-t-elle dit, par le phénomène de la migration des médecins qui s’est accru au cours de la dernière période.

En effet, environ 80% des nouveaux diplômés du secteur médical sont partis travailler à l’étranger en 2019 et 70% des médecins de famille ont exprimé leur intention de quitter le pays, selon Belhadj.

La secrétaire général du syndicat a expliqué que la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) n’a pas honoré ses redevances financières
envers les hôpitaux qui souffrent d’un déficit chronique. Belhadj a indiqué que le Syndicat avait appelé le chef du gouvernement Hichem Mechichi, à augmenter le budget du ministère de la Santé dans le projet de budget supplémentaire pour 2021.

Elle a fait savoir que la plupart des hôpitaux souffrent d’une grave pénurie de cadres médicaux et para-médicaux en raison, notamment, du non remplacement des départs à la retraites et des cadres qui ont quitté le pays.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire