Le mois de janvier 2021 s’est achevé, et avec lui s’achève la présidence de la Tunisie du Conseil de sécurité des Nations unies. La diplomatie tunisienne en a notamment profité pour mettre sur la table ses priorités et expliquer ses positions, notamment autour des dossiers géopolitiques.

Le Chef de l’Etat, Kaïs Saïed, avait présidé, le 6 janvier 2021, une réunion de haut niveau, en présence du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et de plusieurs autres responsables institutionnels. La réunion, qui avait pour thématique « les difficultés à maintenir la paix dans des contextes précaires », a été l’occasion pour la Tunisie de réaffirmer son attachement à une approche globale de la question de maintien de la paix, et de s’atteler à soigner les raisons profondes et les facteurs conjoncturels qui déstabilisent la paix. Le Président tunisien avait également tenu à rappeler que le continent africain est le plus touché par cette précarité du maintien de la paix, en raison des conditions de vie, à l’instar de la pauvreté, le chômage, l’exclusion, la fragilité des institutions, sans omettre « l’affaiblissement de la gouvernance ».

Le 12 janvier, la Tunisie a également eu l’occasion de présenter son dispositif antiterrorisme, en harmonie avec le cadre légal international. A ce titre, la Tunisie a réitéré son engagement à combattre le terrorisme dans une optique de multilatéralisme.

Dans le dossier libyen, la Tunisie a préparé avec les Britanniques, la communication du Conseil de sécurité concernant la Libye. Une communication qui vise à alerter la communauté internationale de l’importance du déploiement d’une mission d’observation pour contrôler le cessez-le-feu.

Il a été également question, dans ces éléments préparés pour les journalistes, d’inviter les combattants étrangers sur les terres libyennes, de se retirer immédiatement. La Tunisie y a également réitéré son engagement envers une solution politique du conflit libyen, en dehors de toute ingérence étrangère. La Tunisie a également insisté sur les avancées très positives du dialogue politique interlibyen, qui s’est déroulé à Tunis en novembre 2020. La Tunisie a ainsi insisté sur l’importance de la poursuite du dialogue politique et le respect du calendrier électoral.

D’ailleurs, en visite récemment à Carthage, l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Libye et chef de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul), Jan Kubis, a félicité la Tunisie pour son rôle dans la concrétisation des accords politiques entre les Libyens.

Pour la diplomatie tunisienne, la présidence du Conseil de sécurité a été un franc succès. Elle a surtout été l’occasion de remettre le pays sur selle et de réaffirmer la politique étrangère de la Tunisie.

Constance de la politique étrangère tunisienne, le dossier palestinien a été central. Estimant qu’il s’agit d’une affaire cruciale dans le maintien de la paix dans la région, la Tunisie  a demandé à ce que la réunion  consacrée au Moyen-Orient soit relevée à un niveau ministériel. Le but de la diplomatie tunisienne a été de tenter de redonner vie au processus de paix entre les Palestiniens et les Israéliens.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire