La levée du sit-in des partisans du Parti destourien libre (PDL) observé devant le siège de la section de l’Union des Ulémas Musulmans à Tunis est une question « purement judiciaire », a souligné mercredi le chef du gouvernement Hichem Mechichi.

« Seul le ministère public est habilité à organiser l’application de la loi en temps de couvre-feu et d’état d’urgence », a-t-il ajouté dans une déclaration aux médias à l’Ariana, en marge d’une opération blanche de vaccination contre le coronavirus.

Pour Mechichi, les accusations portées contre son cabinet, n’ont pas vraiment de sens, dans la mesure où toute intervention doit être opérée dans le cadre de la loi qui s’applique à tous, sans exception, selon ses dires.

Le chef du gouvernement réagit aux informations relayées par des médias et sites électroniques, selon lesquelles, les forces de l’ordre auraient recouru à la force pour lever le sit-in du PDL devant le siège de la section de l’Union des Ulémas Musulmans à Tunis.

Pendant ce temps-là, la présidente du Parti destourien libre Abir Moussi publie une vidéo sur les réseaux sociaux montrant des policiers en train de tirer des gaz lacrymogènes pour disperser des sit-inneurs.

A travers ce mouvement de protestation, le PDL demande l’application de l’article 45 du décret-loi n° 2011-88 du 24 septembre 2011, portant organisation des associations. Il réclame également la dissolution de la section de l’Union des Ulémas Musulmans à Tunis.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Mohamed Touati

    10/03/2021 à 15:59

    Ce Méchichi prend les Tunisiens pour des con; ils applique la lois pour les PDL Et autorise les autres a organiser des rassemblements comme celui de Ghanouchi on vois bien qu’il applique la loi pendant cette conjoncture de couvre feu et l’état d’urgence décrété dans le payes. PAUVRE NOUS

    Répondre

Laisser un commentaire