En tant que pays membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’Onu, la Tunisie poursuit ses contacts au plus haut niveau avec les pays membres du Conseil ainsi qu’avec les pays frères et amis « influents » pour assurer une mobilisation internationale en faveur de la cause palestinienne.

Selon un communiqué rendu public, ce vendredi, par la présidence de la République, la mobilisation tunisienne intervient en consécration de la position « historique » et « constante » du pays en faveur de la juste cause palestinienne et du droit des palestiniens à la paix et à un État indépendant.

Par ailleurs, la Tunisie a dit suivre la poursuite des agressions « odieuses » sur la Palestine, terre et peuple, dénonçant les provocations et les violations commises par les forces de l’occupation dans les enceintes des lieux sacrés et qui ont déjà fait plusieurs victimes « innocentes. »

Sur instructions du président Kais Saied, la Tunisie fournit un grand effort pour sommer le Conseil de sécurité d’assumer sa responsabilité dans le maintien de la sécurité et la paix internationales, lit-on dans le même communiqué.

La Tunisie appelle également le Conseil de sécurité de l’Onu à intervenir rapidement pour mettre fin à l’agression « criante » contre le peuple palestinien.

Deux réunions à huis-clos sur la situation en territoires occupés ont eu lieu à l’appel de la Tunisie en coordination avec le côté palestinien, la présidence du conseil de sécurité et des pays membres. Une troisième réunion publique devrait avoir lieu, assure la présidence de la République.

La Tunisie a réitéré sa position constante en faveur de la juste cause palestinienne et en faveur du droit des palestiniens avec un Etat indépendant.

La Tunisie, la Chine et la Norvège ont appelé jeudi à la tenue d’une réunion ouverte du Conseil de Sécurité pour débattre des derniers développements dans les territoires occupés.

Dans une déclaration à l’Agence TAP, Walid Hajjem attaché au département diplomatique à la présidence de la République a expliqué que cette nouvelle demande bénéficie du soutien de la France, l’Irlande, l’Estonie, le Vietnam Saint-Vincent-et-les grenadines et le Royaume-Uni.

Il est prévu que la réunion se tienne dimanche prochain.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire