Le directeur de l’institut pasteur et président du comité directeur de la campagne de vaccination anti Covid-19 Hachemi Louzir a affirmé dimanche, que le vaccin britannique « AstraZeneca » sera utilisé dès que possible dans les centres de vaccination désignés à cet effet.

Louzir a ajouté, dans une déclaration aux médias, en marge de la réception du troisième lot de vaccins contre le coronavirus dans le cadre de l’initiative mondiale « Covax », que le vaccin « AstraZeneca » a prouvé son efficacité, et des licences lui ont été accordées par plusieurs organismes sanitaires, dont l’Organisation mondiale de la santé, l’Agence européenne des médicaments et d’autres organisations.

Il a indiqué que les effets secondaires de ce vaccin sont très rares, et vont de un à deux sur un million de personnes, ajoutant qu’en vertu des recommandations des instances sanitaires, le vaccin AstraZeneca sera administré aux personnes âgées de plus de 60 ans.

Louzir a déclaré que de rares effets secondaires ont été observés chez les personnes dans la tranche d’âge des moins de 55 ans, et pour éviter leur apparition, la Tunisie a décidé de vacciner les personnes de plus de 60 ans.

Il a souligné que l’objectif de l’initiative « Covax » est de vacciner 2,3 millions de Tunisiens, soit 20% des Tunisiens, soulignant la nécessité d’accélérer le processus de vaccination après le lancement de la campagne nationale de vaccination le 13 mars dernier.

Il est à noter que la Tunisie a reçu aujourd’hui le troisième lot de vaccins contre le virus Covid-19, dans le cadre de l’initiative mondiale « Covax », qui comprend 158 400 doses du vaccin britannique « AstraZeneca », après avoir reçu 98 400 doses de ce vaccin dans un premier lot, au début du mois d’avril.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Ben Youssef Borhen

    18/05/2021 à 16:12

    Ce vaccin est au centre d’une polémique mondiale compte-tenu de ses effets secondaires qui a amené un certain nombre de pays de l’abandonner tel le Danemark, l’Autriche à partir de juin 2021; la France peine à écouler les 3.000.000 de doses qui lui restent, Israël essaie d’annuler le contrat avec le laboratoire et se propose même soit de revendre les doses ASTRAZENZCA à d’autres pays ou d’en faire don à l’OMS pour les redistribuer à d’autres pays nécessiteux.
    va-t-on communiquer à la population toutes ces donnés et leur donner libre choix du vaccin à inoculer ASTRAZENECA ou PFIZER.

    Répondre

    • Fabie

      22/06/2021 à 20:42

      c’est clair on essaie de s’en débarrasser sans tenir compte de la population, ces vaccins sont très dangereux ,je connais des personnes qui sont mortes où qui ont faillit mourir à cause d’eux

      Répondre

Laisser un commentaire