Elle n’a jamais suscité la panique mondiale comme elle le fait de nos jours ! La  mucormycose, appelée communément «la maladie du champignon noir», s’aligne parmi les infections rarissimes les plus redoutables car pouvant être fatale. Elle résulte, généralement, de l’exposition de l’Homme à la moisissure mucor présente dans le sol, sur les plantes, dans le fumier mais aussi dans les fruits et légumes pourris. Cette moisissure se propage dans l’air et on peut facilement la déceler dans le nez et le mucus de personnes pourtant en bonne santé. La gravité de la maladie du champignon noir revient à son effroyable atteinte du sinus, des poumons et même du cerveau. Sa maladie peut être fatale surtout chez les diabétiques et les personnes en immunodépression comme les malades du cancer et personnes vivant avec le VIH/ sida.

Quel rapport avec le coronavirus ?    

La corrélation entre le coronavirus et la maladie du champignon noir a été détectée durant le premier pic de la pandémie en Inde. Sauf que les cas repérés n’ont pas été d’un nombre atterrant. En effet, il s’est avéré que cette infection peut être déclenchée chez les personnes gravement atteintes du covid-19 et souffrant de diabète. Ces malades sont systématiquement soumis à un traitement à base de stéroïdes, lesquels sont administrés dans l’optique de réduire l’inflammation due au covid-19 dans les poumons et de prévenir les séquelles qui risqueraient de survenir durant cette lutte acharnée du système immunitaire contre le virus. Cependant, les stéroïdes agissent en atténuant l’immunité et en augmentant le taux du sucre dans le sang aussi bien chez les diabétiques que chez les non-diabétiques. Aussi, la baisse de l’immunité et le dérèglement du taux glycémique sont-ils susceptibles d’être à l’origine du déclenchement de la maladie du champignon noir. Encore faut-il souligner que le taux de mortalité lié à la mucormycose est de 50%. Ce qui peut mettre la puce à l’oreille c’est que cette maladie redoutable apparait chez les survivants du covid-19 entre 12 et 15 jours après rétablissement. Et ce n’est point par pur hasard que la plupart d’entre eux sont diabétiques…

Manifestement, la prévalence et la fréquence sont intrinsèquement liées, de nos jours, à la pandémie du covid-19. En Inde, les professionnels de la santé n’en enregistraient que de rares cas durant des années de service. Aujourd’hui, les cas se font de plus en plus récurrents.     

Cécité et ablation de l’œil !

Les symptômes avant-coureurs de la mucormycose cette infection touchent le nez et les yeux. Nez bouché et saignant, gonflement et douleur au niveau de l’œil ou des yeux, des paupières tombantes, une vision floue puis perte de la vue. Il peut aussi y avoir des taches noires autour du nez. Pour prévenir l’atteinte du cerveau par l’infection, les médecins ne trouvent d’autres solutions que de recourir à l’ablation de l’œil endommagé.  Dans de rares cas, ils recourent aussi à l’ablation de l’os de la mâchoire pour empêcher la propagation de l’infection.        

Outre la solution purement chirurgicale, il existe un médicament préconisé pour traiter cette infection fongique. Il s’agit, toutefois, d’une injection intraveineuse antifongique fort coûteuse qui doit être administrée par doses quotidiennes, huit  semaines durant…

*Source : www.bbc.com

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire