L’ancien dirigeant sera probablement de retour.


Avant la fin du délai de dépôt des candidatures pour la présidence en prévision des prochaines élections, le secrétariat du club a reçu la candidature d’une liste unique, présidée par Béchir Lahmar. Il serait le seul et unique candidat à la succession du président sortant Mohamed Memni. Le prochain élu est en train de s’imprégner de l’ambiance au sein du club, de rencontrer des gens et de nouer des amitiés pour mieux se familiariser avec son nouvel environnement. S’il met le paquet et s’investit à fond, il dépassera les difficultés budgétaires du club malgré l’absence de l’appui des hommes d’affaires kairouanais qui ne soutiennent plus la JSK depuis un certain temps. Il faut dire qu’on ne dirige pas un club par un président choisi ou interposé. Les temps ont changé et Béchir Lahmer pourrait être l’homme providentiel dont a besoin la JSK après la longue traversée du désert. Il aura en premier lieu à trancher la question épineuse du nouvel entraîneur qui prendra en charge les destinées techniques de l’équipe première. Il est également impératif d’établir une stratégie sportive, mais aussi faire le ménage après des saisons d’indiscipline.

Mais il demeure du ressort de l’assemblée générale élective, l’instance suprême tel que le stipulent les règlements généraux, de décider du nom du futur président, comme de son adjoint ou des autres membres devant constituer le prochain bureau. Cette assemblée aura lieu le 20 juin. Il est à rappeler que le nombre d’adhérents enregistrés est seulement de 375. Donc, la liste candidate doit attendre le quorum pour tenir l’assemblée générale élective et la déclarer officiellement comme nouveau comité

Les soucis budgétaires encore et toujours

En attendant la mise en place d’un nouveau bureau directeur, les Aghlabides doivent remettre de l’ordre pour éviter les mauvaises surprises, notamment les dettes des anciens responsables. En effet, la Chabiba a reçu un avis de paiement des arriérés de l’ancien défenseur camerounais Thomas Junior. Cet avertissement cache probablement d’autres mauvaises surprises d’ordre financier pour le nouveau bureau vu le lourd héritage des anciens responsables. En revanche, les dirigeants doivent se pencher sur les vrais problèmes du club et ne pas sombrer seulement dans les affaires financières.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Sahbi CHAFRA
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire