L’Ordre national des avocats de Tunisie a appelé les organisations, la société civile et tous les citoyens à participer à un mouvement populaire pour défendre les droits et les libertés et dénoncer les violences policières ainsi que la situation politique, économique et sociale qui prévaut dans le pays.

En évocation des violences policières contre un jeune citoyen à Sidi Hessine, l’Ordre national des avocats a demandé au gouvernement et aux autorités compétentes d’assumer leur responsabilité dans le respect de la loi et son application sur les agresseurs.

L’Ordre des avocats a fermement condamné, dans une déclaration publiée vendredi, ces « agressions brutales commises par des agents des forces de l’ordre en civil contre un jeune homme sans défense », ajoutant qu’ils l’ont « délibérément déshabillé et lynché ».

« Ce comportement, aussi odieux que choquant, atteste clairement que certains agents de la police agissent sous la protection des syndicats pour finir de détruire ce qui reste de l’État et consacrer l’impunité », s’est indigné l’Ordre des avocats.

Il a estimé que la récurrence de ces comportements de la police augure de l’intensification de la répression et atteste de l’absence de toute intention de réforme de la part des autorités.

Et d’ajouter « le silence de la justice face à ces agressions sur l’intégrité physique des citoyens et la lenteur du contentieux ont largement contribué à propager ces agissements graves et inacceptables qui menacent les acquis et les droits du peuple tunisien ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire