Solinas et ses joueurs doivent rattraper le but encaissé à l’aller et surtout rassurer leurs fans.


Ça ne se passe pas bien après la défaite de l’aller contre les Nigérians de Bayelsa (1-0). Les équipiers de Chaouat (ce dernier en régression continue) n’ont rien présenté pour espérer ramener un bon résultat. Volet résultat, mais aussi la manière, la copie présentée par Solinas et ses joueurs est à revoir. Du côté du public, la grogne a atteint des sommets. Et malgré une consécration en Coupe de Tunisie, le CSS n’arrive pas (et c’est une habitude) à gérer l’après consécration pour plonger dans les crises habituelles. Les fans en veulent aux joueurs, à l’entraîneur, mais aussi à Ghraïri, directeur sportif, accusé de ramener des joueurs moyens et de ne pas bien gérer les affaires de la première équipe.

Soula titulaire

En une semaine, il sera impossible de tout corriger et de présenter une copie digne du  nom du CSS, un club habitué aux premiers rôles en Afrique.

Ce sera sur le plan mental et de l’attitude que l’entraîneur Solinas doit agir. Kouakou, Chaouat, Ghram, Amri, Zammouri ont été passifs à l’aller, laissant l’initiative aux Nigérians qui auraient pu marquer deux ou trois buts. Pour le match de ce soir, l’avantage du terrain et du métier peut ne pas peser si lourd.

Les Sfaxiens sont appelés à réagir, alors qu’ils se trouvent en plein doute et avec des moyens humains pas très convaincants. On attendra que Chaouat reprenne ses ardeurs dans les seize mètres, et que les joueurs de métier, tels que Hammami, Gaâloul Harzi et Dagdoug se donnent davantage et aident leurs équipiers à remonter un écart d’un but pas si impressionnant, mais avec   ce qu’on a vu au CSS depuis le début de la saison, ça peut être un grand écart. Côté choix, la marge n’est pas très large devant Solinas qui devra cette fois lancer Soula à la place d’un Habassi, hors du coup à l’aller. Le Libyen, bien qu’il ne soit pas aussi généreux et inspiré dans ses débuts, reste un élément-clé sur le couloir droit. Ses dribbles et son pied gauche peuvent être d’une grande aide au CSS. On attend aussi le retour de Ben Ali, comme latéral droit dès le début.

Le plus important, c’est que le CSS rassure et réagisse auprès de son public d’abord. Un public qui n’en peut plus et qui exige plus de sérieux auprès de ses joueurs en premier lieu.

Charger plus d'articles
Charger plus par Raouf Seddik
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire