M’sallem dénonce, dans une déclaration à La Presse, avec vigueur et énergie, les propos inacceptables et intolérables du diplomate désigné comme futur ambassadeur américain à Tunis.

La polémique à propos des déclarations inacceptables du prochain ambassadeur américain à Tunis (au cas où les autorités accepteraient sa désignation) enfle, de jour en jour, et de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’ingérence intolérable dont a fait montre ce diplomate qui a fait fi des règles les plus élémentaires de la diplomatie en s’octroyant le droit de donner aux Tunisiens des leçons dans les domaines de la démocratie et de la gestion de leurs affaires intérieures.

Un comportement irresponsable et inadmissible sur tous les plans, que l’ensemble du paysage politique et civil national, sauf ceux qui y trouvent leurs comptes, n’a pas hésité à dénoncer vigoureusement estimant que la Tunisie n’a de leçons à recevoir de quiconque, surtout pas de ceux dont le parcours et l’histoire sont entachés de graves violations et d’atteintes caractérisées à l’encontre des droits de l’homme et des libertés des peuples.

Contacté par La Presse, Jamel M’Sallem, président de  la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (Ltdh), stigmatise, au nom de tous les défenseurs des droits des individus, avec force et détermination, les propos du diplomate américain «qui a déjà failli à sa mission et a enfreint les normes diplomatiques relatives à la non-immixion dans les affaires intérieures des pays d’accueil, avant même de recevoir l’approbation des autorités tunisiennes en tant que nouvel ambassadeur des USA à Tunis».

Jamel M’Sallem ajoute : «C’est un comportement intolérable, une intervention inadmissible dans les affaires intérieures de la Tunisie, un pays libre, souverain et jaloux de la liberté de sa décision nationale». Mais comment et pourquoi le diplomate américain s’est-il autorisé le droit d’intervenir dans les affaires intérieures de la Tunisie ?

Pour Jamel M’Sallem, il a tiré profit de «la crise sociale, économique et politique qui secoue le pays depuis des années pour s’arroger le droit de donner ses fausses leçons aux Tunisiens».

«Seulement, indique-t-il, il est temps que ça cesse et que le Président de la République mette un terme à ces comportements qui appartiennent à une époque que nous considérons comme, à jamais révolue».

«Nous exhortons — conclut-il — le Chef de l’Etat à signifier à l’administration américain le refus de la Tunisie d’accueillir sur son sol ce diplomate en tant que nouvel ambassadeur US à Tunis».

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire