Alternant poésie et musique, le mezoued tunisien, dont Habbouba est toujours un fervent défenseur,  a fait son retour, vendredi dernier , à l’occasion de l’ouverture de «Majales alfounoun», un évènement qui se tient sous l’égide de l’organisme tunisien des droits d’auteur et des droits voisins.

Comme à l’accoutumé, Hédi Habbouba a gardé son empreinte de Roi de la chanson populaire dans un cadre plus que festif.

Le coup d’envoi du spectacle a été signé par «Jelidi Aouini» qui a repris, devant le public de Hammamet, des chants à l’instar de «Ech jab» et «Ana achek ya Mawlati» avant de clôturer par «Ridi Rafiq Al Omr khalouhouli».

La deuxième transition poétique a été assurée par Moncef Mezghani, avec deux poèmes en langue arabe, intitulés «Ikhfaa al Habib» et «Ohgniyat imraa Aida mina al Harb».

Hédi Habbouba a fait son entrée sous les ovations de son public, qui a agréablement adhéré aux chansons populaires, notamment «Achek Bouderbala», «Raouah men soug ammar», et «Nari ala zina».

Le roi de la chanson populaire a permis également  à la jeune artiste «Amna Lotfi» de monter sur scène et de présenter des reprises de la musique tunisienne, comme Saliha et Neema.

Le spectacle a été clôturé par des chorégraphies et de l’habit traditionnel, ainsi que des chants, notamment «Zomyati».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire