Célébration du quatre-vingt cinquième anniversaire de la Radio Tunisienne: Une longue histoire d’amour qui dure toujours

La Radio Tunisienne vient de fêter  ses 85 ans. Tout au long de son parcours, cette Radio, témoin des temps modernes et de l’Histoire du pays, représente à elle seule un patrimoine national offrant aux auditeurs une programmation adaptée à son goût, entre actualité, feuilletons et divertissement. Tenue sous le slogan « Avec toi je vis et grâce à toi je me renouvelle » et « Nous sommes tous Palestine » pour dénoncer l’agression sioniste à Gaza, la célébration de cet anniversaire a arboré les couleurs de la Palestine et il a été décidé d’annuler un concert qui devait se tenir pour fêter le moment.

Le vernissage de l’exposition sur l’histoire de la Radio Tunisienne, a été rehaussé par la présence de Mme Henda Ben Alaya Ghribi PDG de la Radio Tunisienne, la ministre des Affaires culturelles, Mme Hayett Ketat Guermazi, du DG de l’Asbu, de la PDG de la Télévision nationale, Mme Awatef Daly, d’un représentant de l’ARP et des anciens de la radio. Il est à signaler qu’à cette occasion, la porte principale de la Radio donnant sur l’avenue de la Liberté a été ouverte au public après des années de fermeture.

Comment ne pas marquer une pause devant l’exposition qui se tient encore dans le hall principal pour se remémorer l’histoire de ceux qui ont fait la Radio Tunisienne depuis sa naissance en 1938 ?

Cette exposition nous fait entrer dans les arcanes de ce temple médiatique et propose en plus de quelques pièces du matériel ancien utilisés dans la production et la diffusion, les profils des personnages qui ont le plus marqué la Radio. Dans un mélange de portraits, elle révèle des relations méconnues de ces acteurs de différentes  spécialités littéraires, médiatiques, intellectuelles et artistiques qui ont bercé nos oreilles tout au long de plus de huit décennies.

Le parcours de cette exposition passe en revue les différentes époques de la vie de la Radio Tunisienne depuis sa naissance en 1938, l’évolution de la technique, les émissions, les programmes outre de nombreuses considérations sur l’importance de la radiodiffusion et sur son passé qui en font un livre ouvert pour ceux qui s’intéressent aux débuts de ce média et apportent un éclairage intéressant sur ce qu’elle deviendra plus tard.

On y découvre l’art radiophonique à travers l’information, le théâtre, les émissions radiophoniques, la littérature soulignant le rôle de la radio dans les domaines politique, culturel.

La première partie de cette exposition est réservée à l’époque 1938-1948, dix ans où les pères fondateurs se sont attelés à la mission difficile de maintenir à flot ce bateau à la veille de la Seconde Guerre mondiale pour conquérir un auditoire tunisien .

On y découvre entre autres les portraits de Othman Kaak, Abdelaziz Laroui, Mohamed Triki, Saliha, Taoufik Boughdir, Sadok Mazagigh ou encore Cheikh Fadhel Ben Achour.

La seconde période qui s’étale de 1948 à 1958 marque l’époque post-guerre, avec l’entrée sur scène de Hammouda Maali, Mohamed Ben Ali, Mustapha Filali, Hammadi Essid et Abdelaziz kacem.

Une autre partie est consacrée à la tunisification de la Radio Tunisienne de 1958 à 1968, avec un retour sur les rapports de Bourguiba avec la radio et l’implication de personnalités intellectuelles nationales à l’instar de Chedli Kilibi, Tijani Zalila, Mustapha Fersi, Habib Boulares, Hedi Ghali et des poètes tels que Mnaouer Smadeh, Ahmed Zaouia, ou encore des speakers comme Adel Youssef.

Le voyage continue avec un chapitre dédié au sang neuf injecté par de jeunes vedettes : Salah Jegham, Nejib Khattab, Bechir Rejeb, Mekki Karboul et Mohamed Ennouri Abid.

D’autres parties ont été dédiées à la naissance de Radio Monastir, celle de Sfax, de RTCI et d’autres régions.

L’exposition qui comporte des photographies inédites, des illustrations, des hors-textes, des documents techniques et des précisions historiques, reflète la richesse de ce média.

Mais malgré le fait que la partie festive ait été annulée en solidarité avec le peuple palestinien, un important colloque international a été organisé sous le titre « Les médias radiophoniques publics à l’ère de la digitalisation ».

Ce colloque international, dont les travaux se sont tenus à la Cité de la culture, a réussi à accueillir un aréopage d’universitaires et professionnels dans le domaine des médias numériques, des médias publics et de la politique médiatique.

Les conférenciers ont fourni des informations précieuses et des expériences pratiques sur la manière de relever les défis des médias publics à l’ère de la numérisation, ainsi que sur les mécanismes de l’industrie des nouveaux médias et son développement et se sont penchés sur les moyens de s’adapter aux évolutions modernes compte tenu de l’évolution technologique, les effets de la numérisation sur le secteur des médias audiovisuels publics, tout en appelant à la nécessité de préserver les principes fondamentaux des médias, tels que la transparence, la crédibilité et le renforcement de leur rôle au service de la société et dans la promotion de la démocratie et de la diversité culturelle.

Laisser un commentaire