Tribune | Traiter la formation professionnelle localement

tribune la presse

 

Par Zouhaïr Ben Amor*

Il est fort regrettable que les élèves exclus de la neuvième année se retrouvent désemparés sans perspectives d’avenir claires. L’accès à l’information sur les rares centres de formation professionnelle est un élément essentiel pour aider ces jeunes à prendre des décisions éclairées sur leur avenir. Nous proposons quelques suggestions pour remédier à cette situation :

Sensibilisation : les écoles, les enseignants et les conseillers d’orientation devraient travailler ensemble pour sensibiliser les élèves de neuvième année aux différentes options qui s’offrent à eux en matière de formation professionnelle. Des séances d’information, des ateliers et des présentations peuvent être organisés pour expliquer les avantages de ces programmes.

Création d’un répertoire en ligne : il serait utile de mettre en place un répertoire en ligne des centres de formation professionnelle disponibles dans la région. Ce répertoire devrait inclure des informations sur les programmes offerts, les critères d’admission, les dates limites d’inscription et les coordonnées pour poser des questions ou demander de l’aide.

Collaboration avec les entreprises locales : les écoles et les centres de formation professionnelle peuvent collaborer avec les entreprises locales pour offrir des stages, des visites d’entreprises et des opportunités de mentorat aux élèves. Cela leur permettrait de mieux comprendre les métiers et les besoins du marché du travail.

Soutien personnalisé : les conseillers d’orientation peuvent jouer un rôle clé en fournissant un soutien personnalisé aux élèves qui cherchent des options de formation professionnelle. Ils peuvent aider à identifier les centres de formation adaptés aux intérêts et aux compétences de chaque élève.

Campagnes d’information : les autorités éducatives et les organisations gouvernementales peuvent lancer des campagnes d’information pour promouvoir les opportunités de formation professionnelle. Cela peut inclure des brochures, des vidéos éducatives et des événements d’information pour les parents et les élèves.

Il est important que les jeunes exclus de la scolarité aient accès à des informations complètes et précises sur les options de formation professionnelle qui s’offrent à eux, afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées pour leur avenir.

Nous proposons également que les autorités locales soient soucieuses de l’avenir des jeunes exclus de l’école de base en leur offrant une formation professionnelle dans un secteur d’avenir. L’idée serait de consacrer les espaces à aménager en ateliers de formation. Les initiateurs de ce projet pourraient faire appel aux techniciens supérieurs et ingénieurs à la retraite pour encadrer ces jeunes. Selon cette proposition, la formation professionnelle pourrait être traitée localement en raison de la proximité et de la visibilité des jeunes concernés.

Cette initiative présente plusieurs avantages potentiels. Tout d’abord, en offrant une formation professionnelle aux jeunes exclus de l’école, ils auraient la possibilité d’acquérir des compétences et des connaissances dans un domaine spécifique, ce qui pourrait améliorer leurs perspectives d’employabilité et leur offrir un avenir plus prometteur.

L’implication des techniciens supérieurs et ingénieurs à la retraite pour encadrer ces jeunes est également une idée intéressante. Ces professionnels expérimentés pourraient partager leur expertise et leur expérience avec les apprenants, les guider dans leur parcours de formation et les aider à développer des compétences pratiques. Cette initiative pourrait également offrir une opportunité aux retraités de rester actifs et de contribuer de manière significative à la société.

La localisation de la formation professionnelle présente également des avantages. En étant proche des jeunes concernés, cela faciliterait leur accès à la formation et permettrait de répondre plus efficacement à leurs besoins spécifiques. De plus, la visibilité de ces initiatives locales pourrait encourager d’autres jeunes à s’engager dans des parcours de formation professionnelle et à envisager un avenir plus prometteur.

Cependant, pour concrétiser ce projet, il est important de prendre en compte certains aspects pratiques.

Il faudrait évaluer la faisabilité de l’aménagement des ateliers de formation dans la surface disponible. Il serait également nécessaire de mettre en place des programmes de formation pertinents, en identifiant les secteurs d’avenir qui offrent de réelles perspectives d’emploi. De plus, il faudrait coordonner les efforts avec les autorités locales, mobiliser les ressources nécessaires et obtenir le soutien financier et logistique pour assurer le fonctionnement continu des ateliers de formation.

En résumé, l’idée de mettre en place des ateliers de formation professionnelle pour les jeunes exclus de l’école de base dans sa localité est prometteuse. L’implication des techniciens et ingénieurs à la retraite permettrait d’offrir un encadrement de qualité. La proximité et la visibilité des initiatives locales pourraient contribuer à un meilleur avenir pour ces jeunes. Cependant, il est important de prendre en compte les aspects pratiques et de mobiliser les ressources nécessaires pour concrétiser cette proposition.

Z.B.A

(*) Universitaire

Laisser un commentaire