L’entreprise autrement | N’oublions pas l’arme économique (III)

 

Le génocide que l’ennemi sioniste est en train de perpétrer contre nos frères palestiniens, pris en otage depuis des années dans la Bande de Gaza en Palestine occupée, avec le soutien actif de l’Occident, n’est en fait que la partie visible de l’iceberg des crimes du mouvement sioniste mondial.

Allié de taille d’un réseau de lobbies (financiers, commerciaux, médiatiques, etc.) qui s’active depuis plus d’un siècle, en usant de tous les stratagèmes, afin de contrôler et exploiter les richesses et les marchés au niveau mondial, le mouvement sioniste a participé à la création d’une entité terroriste, raciste et ne respectant aucune loi, dans une région, le Proche-Orient, regorgeant de richesses, naturelles, culturelles et spirituelles, et ce, en plus de sa position hautement stratégique.

Tueries sauvages de civils dont une bonne majorité sont des femmes, des enfants et des personnes âgées et destruction massive des bâtiments dont des hôpitaux, des écoles et des lieux de culte, perpétrées par l’ennemi sioniste, se sont, en effet, accélérées depuis le 7 octobre dernier, dans la bande de Gaza en Palestine occupée. Même les populations sinistrées se déplaçant à découvert sont exterminées.

Le sionisme a donc, encore une fois, démontré qu’il est l’ennemi de l’Humanité toute entière. Il est, non seulement, à l’origine d’une tragique et monumentale injustice, celle dont sont victimes les Palestiniens, en premier lieu, mais aussi de tous les plans visant à maintenir les pays qui ne coopèrent pas avec lui ou dénoncent ses crimes dans la dépendance totale vis-à-vis de l’Occident et le sous-développement. Et  à favoriser aussi, au sein de leurs sociétés respectives, le fanatisme et l’intégrisme religieux et l’obscurantisme, les pays arabes en tête.

Pire, il soutient tous les complots que l’Occident n’arrête pas de fomenter puis mettre en exécution afin de démembrer la plupart des pays arabes (Le Soudan en est la plus éloquente illustration, l’Egypte, l’Algérie, la Libye, l’Arabie figurent, eux, en bonne place sur la liste), surtout ceux qui pourraient devenir des puissances régionales et, si nécessaire, les détruire (Irak, Syrie, Yémen), à empêcher toute initiative et tout effort d’unification. Plans qui visent aussi à permettre à des tribus de bédouins de jouer le rôle de gardiens pour les puits de pétrole.

Les exemples ne manquent pas et la liste des cerveaux arabes éliminés est longue. Parmi eux figurent d’illustres noms,  des génies, arabes et iraniens, ayant démontré qu’ils maîtrisaient toutes les théories et les technologies hautement stratégiques (Mohammadi, Samira Moussa, Moucharrafa, Himdane, Nagib, Salwa Habib, Assobah, Rammel, Zouari -le Tunisien- et bien d’autres).

Cela sans oublier certaines plumes qui dénonçaient ses agissements et aussi la destruction du réacteur nucléaire irakien et l’élimination de bon nombre d’officiers dans des accidents (voitures, avions, domestiques, etc.) qui sont restés des énigmes.

Bref, autant de crimes contre les peuples arabes, subsahariens et autres en Amérique latine et en Asie. Crimes à forte connotation économique visant leurs richesses naturelles ainsi que leur capital humain. Crimes qui visent entre autres à maintenir ces peuples dans une situation de peur, d’impuissance, de dépendance et d’humiliation, tant qu’ils n’auront pas montré patte blanche et ouvert leurs portes aux marchandises, aux idées, aux comportements et autres de ces lobbies.

Devant ses propres intérêts, l’entité sioniste va jusqu’à comploter même contre ses alliés allant jusqu’à les espionner et s’ingérer à outrance dans leurs affaires internes de manière à les laisser sous son emprise. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins y compris les assassinats et les opérations de sabotage.

La Tunisie a été, pour sa part, lâchement et sauvagement agressée plusieurs fois pour avoir soutenu le peuple palestinien et à chaque fois avec des pertes humaines (Hammam-Chatt, Abou Jihad, Zouari, etc.).

L’ennemi sioniste est donc un ennemi effectif et direct pour la Tunisie, et selon le droit international, l’entité sioniste a déclaré la guerre à la Tunisie qui ne fait pourtant pas partie des pays du front. Cela depuis le bombardement lâche et meurtrier de Hammam-Chatt, le 1er octobre 1985, et la situation est restée ouverte.  La position ferme du président Bourguiba a participé à sa destitution deux années plus tard.

Cela même si la Tunisie et, par respect aux choix des représentants légitimes du peuple palestiniens, et dans le cadre de la pseudo- légalité internationale (surtout la fameuse décision n° 242 du Conseil de sécurité de l’Onu puis les accords d’Oslo de 1993, qui n’ont pas été respectés par les sionistes) a implicitement reconnu l’entité sioniste.   

La Tunisie est, par ailleurs, mise, depuis des décennies, sous pression car, son peuple a toujours montré son rejet des plans occidentaux et participé activement au soutien de toutes les causes justes, celle du peuple palestinien en tête, allant jusqu’à inscrire explicitement, cette dernière, dans sa Constitution.

Le peuple tunisien a pourtant démontré qu’il reste un peuple tolérant pour ce qui est des religions et autres idéologies ne prônant ni exclusion ni violence. Et jamais les Tunisiens de confession juive n’ont été inquiétés. Des efforts sécuritaires supplémentaires sont, d’un autre côté, déployés afin de protéger les lieux de culte juifs en Tunisie et de permettre aux juifs du monde entier de les visiter tout en étant confiants pour leur sécurité et leur bien-être.

Pourtant, bon nombre de Tunisiens, de divers domaines ont collaboré avec ledit ennemi en Tunisie, à l’étranger et même en son sein et continuent de le faire, lui qui ne recule pas devant l’usage de toutes les armes possibles et imaginables pour nuire à nos intérêts vitaux.

Laisser un commentaire