3e édition du Forum arabe de la cybersécurité : Optimisons les stratégies pour une cybersécurité efficace

 

Comment protéger les données personnelles dans cette course folle à l’intelligence artificielle? C’est la question lancinante que se posent les décideurs partout dans le monde. Dans le monde arabe, il n’est pas question de plancher en solo sur cette question, mais d’agir dans le cadre d’une action commune et une coopération interrégionale et internationale.

C’est dans ce contexte que l’Organisation arabe des technologies de l’information et de la communication (Aicto) organise les 5 et 6 décembre à Gammarth, banlieue nord de Tunis, la troisième édition du «Forum arabe de la cybersécurité» sous le thème «Protection des données personnelles à l’ère du big data et de l’intelligence artificielle» en présence de plusieurs  délégations de haut niveau et des organisations arabes et régionales, ainsi que des experts en cybersécurité et confiance numérique. 

Actualisation de la stratégie arabe en matière de cybersécurité

Lors de la séance inaugurale, Mohamed Ben Amor, secrétaire général de l’Organisation de l’Aicto qui opère, rappelons-le, sous l’égide de la Ligue arabe, a mis en valeur la grande importance de cette édition appelée à dévoiler les conclusions de deux enquêtes autour de la situation actuelle de la région arabe en matière de protection et de gouvernance de l’échange/transfert de données personnelles et la gestion des vulnérabilités cybernétiques dans le cyberespace arabe qui aspire à mettre en œuvre  un système arabe complet de gestion des vulnérabilités cybernétiques. 

Avec le développement effréné de l’intelligence artificielle, protéger les données personnelles des individus et des entreprises devient une priorité absolue. C’est pour cette raison que l’organisation a fait de la cybersécurité une priorité stratégique, a déclaré Mohamed Ben Amor. Le thème choisi de ce forum atteste, par ailleurs, de l’importance accordée à la protection des données personnelles. A ce titre, il a rappelé qu’une stratégie arabe autour de la cybersécurité a vu le jour en novembre 2022. Parmi les objectifs tracés, l’appui des pays arabes dans la résolution des défis et menaces cybernétiques et la standardisation des normes légales.   

Il convient de mentionner qu’il est question, à l’occasion de cet événement, de présenter  une version actualisée de la stratégie arabe de cybersécurité, qui tiendra  compte des propositions et commentaires des pays et des organisations. De plus, le cadre directeur pour la protection et l’échange des données arabes devra être présenté lors de la prochaine réunion du Comité arabe permanent des communications et de l’information.

Protéger les données personnelles, un défi !

Les enjeux de la cybernétique sont multiples, a souligné à son tour le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ali Ibrahim Melki, dans une allocution enregistrée et diffusée à cette occasion. «Parmi ces défis, la protection des données personnelles des individus et des gouvernements. Ce n’est que par le biais d’une législation appropriée qu’on arrivera à faire face aux menaces cybernétiques, à promouvoir la société de l’information et à assurer la protection des données personnelles,  ainsi que leur transfert au-delà des frontières et dans le cadre du e-commerce».

Dans sa déclaration au média, Mohamed Ben Amor, secrétaire général de l’Aicto, dévoile que certains pays arabes ne sont pas encore dotés de programmes de protection pour les données personnelles. «Le rôle de notre organisation consiste à apporter l’aide et le soutien nécessaires à ces pays, en vue de mettre en œuvre les programmes de protection des données personnelles». Il a ajouté que la Tunisie est dotée de l’un des meilleurs systèmes de protection des données personnelles dans le monde arabe, ainsi que la Mauritanie, sauf qu’on a toujours besoin d’avancer et d’optimiser notre système.

Ben Amor a évoqué que l’étude élaborée par l’Aicto a mis en valeur les principales lacunes et les menaces cybernétiques générées essentiellement à la suite de l’ouverture de la majorité des sociétés sur les services d’internet à haut débit. «Ceci a constitué une aubaine pour les cybercriminels, mais il est de notre devoir de pallier ces lacunes et ces défaillances», a-t-il conclu. 

La Tunisie dotée d’une stratégie nationale de cybersécurité  

La Tunisie œuvre à développer les mécanismes de coopération arabe et internationale dans le domaine de la cybersécurité, en particulier en raison du développement rapide des technologies de l’information et de la communication et de l’intelligence artificielle. Pour cette raison, une stratégie nationale de cybersécurité  allant de 2020 à 2025 a été mise en place, a évoqué le ministre de l’Intérieur, Kamel Feki, lors de la séance inaugurale du Forum.

Cette stratégie s’articule autour de cinq volets dont les orientations et les stratégies sectorielles, le cadre légal et organisationnel, l’éducation et la formation, la diffusion de la culture de sécurité cybernétique, les normes et les technologies, a-t-il fait savoir, ajoutant qu’un décret-loi a vu le jour à cet effet. Il s’agit du décret-loi n° 2022-54 du 13 septembre 2022, relatif à la lutte contre les infractions se rapportant aux systèmes d’information et de communication. De nouvelles unités sécuritaires d’investigation et de prévention ont été créées pour lutter contre les crimes terroristes et cybernétiques.

Dans sa déclaration, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Faker Bouzghaya, a développé, à son tour, le rôle préventif de ces unités spécialisées qui ont vu le jour suite au décret précédemment cité et notamment des compétences humaines dont dispose le ministère pour mener à bien de telles tâches. Un décret qui, faut-il le mentionner, a été jugé liberticide par les représentants de la société civile et les journalistes.

Signalons à la fin qu’une minute de silence a été observée en hommage aux martyrs palestiniens.

Laisser un commentaire