L’entreprise autrement | Tourisme, Kairouan mérite nettement mieux (IV)

 

Malgré une nette amélioration, en 2023, des indicateurs touristiques de base par rapport à l’année précédente, Kairouan est restée, pour la énième année consécutive, une destination de passage avec pour principale mission celle d’enrichir le produit des destinations voisines et surtout les poches de certains avec zéro impact réel sur la ville et sa région (Voir nos précédentes chroniques). Une situation similaire à celle de la ville d’El Jem, qui continue elle aussi de souffrir de la marginalisation malgré ses innombrables atouts et les efforts fournis par ses habitants en vue de sortir de ce marasme. Kairouan pourrait, pourtant, devenir, à elle seule, une destination touristique à part entière que l’on achète de toute part dans le monde, surtout par les Arabes et les musulmans, d’une façon générale. Que dire, alors si nous lui ajoutions sa région ? Hélas, la réalité est tout le contraire. Regardez ce qu’est devenue Marrakech, ancienne capitale du Maroc, au bout de trois décennies. Elle pourrait, à une certaine mesure, être citée comme exemple. Pourtant elle ne possède même pas le dixième de ce que possède Kairouan en termes de patrimoine, qui est une civilisation à part entière et reste encore l’un des plus grands musées à ciel ouvert au monde et l’un des plus riches concernant le patrimoine immatériel. Kairouan-ville doit donc rester une ville spirituelle, culturelle, scientifique et pour repos et santé (calme plus air sec et pur, plus sources à effet curatif), comme nous l’avions déjà dit et répété. Une ville pour le tourisme familial et religieux. Elle doit devenir celle des festivals internationaux, des congrès et des salons, des tournages de films et des manifestations sportives. Tout cela nécessite une véritable mise à niveau et à tous les niveaux.Réfléchir sur la question, mais surtout agir, car la réflexion s’est étirée en long et en large et les études et les propositions se sont accumulées, sans toutefois déboucher sur du concret. Quant aux décisions prises le 2 mars 2021 par les participants à la séance de travail consacrée au suivi de la mise en œuvre de divers programmes de développement du secteur du tourisme et de l’artisanat dans le gouvernorat de Kairouan et présidée par le ministre du Tourisme et de l’Artisanat de l’époque, elles méritent une évaluation (voir notre précédente chronique). Surtout que certaines associations opérant dans le domaine n’ont pas été invitées à se joindre au comité de travail à former et que nous n’avons pas vu de trace du plan de promotion spécifique pour Kairouan comme destination de tourisme culturel et religieux. Plusieurs études et rapports sont venus enrichir le diagnostic et le traitement de la problématique. Citons, entre autres, l’un des plus anciens et des plus intéressants rapports, celui ayant découlé de la journée organisée le 1er mars 2008 par l’Association tunisienne de développement touristique (Atdt, ou les anciens du secteur), que préside le jeune Lotfi Khayat et avec l’apport d’une valeur inestimable de feu Wahid Braham, ex-P.-d.g. de l’Office national du tourisme (Ontt). Ledit rapport aurait pu suffire, à lui seul, pour faire décoller la destination, tellement il regorge d’idées et de propositions. La même année a vu l’élaboration par l’Office du tourisme d’une étude consacrée au développement du secteur dans la région et a permis d’améliorer la situation de cette dernière.  Citons ensuite l’un des plus récents rapports, et aussi des plus intéressants, celui de l’Association Kairouan «Beït El Hikma» que préside le non moins jeune Mohsen Ben Rejeb. Cette dernière vient d’organiser une vingtaine de réunions sur la question auxquelles ont pris part des spécialistes, des professionnels, d’anciens responsables, des chercheurs et autres. Et devant l’urgence et l’importance cruciale du sujet, ladite association a tenu à adresser au Président de la République lui-même une synthèse des recommandations émises, références à l’appui, et l’a sollicité de bien vouloir donner ses instructions afin de revoir certains textes législatifs. Citons, aussi, les recommandations du colloque international organisé en avril 2014 sur la question et qui a réuni tous les intervenants et aussi des intellectuels et des artistes. Citons, enfin, le diagnostic et les recommandations et les propositions que nous avons-nous-mêmes formulées à plusieurs reprises et dans le cadre de plusieurs manifestations. Nous avons, en effet, proposé 36 idées de projets que nous avons exposées lors d’une conférence que nous avons donnée en avril 2017 sur la question dans le cadre d’une association pour le développement culturel et la valorisation du patrimoine que nous avons créée en 2016. Les mêmes propositions ont été également exposées lors d’une table ronde organisée en novembre 2021 et aussi dans le cadre d’une conférence que nous avons donnée lors d’une journée pour le patrimoine organisée par l’association «Kairouan ma ville» en octobre 2021.

(A suivre)

Laisser un commentaire