Le Président de la République recevant la ministre de l’Education : «Toute réforme de l’enseignement doit émaner du peuple et consacrer ses aspirations et ses choix»

 

Recevant, hier, Mme Saloua Abassi, ministre de l’Education nationale, suite à sa prestation de serment au Palais de Carthage, le Président de la République Kaïs Saïed a réaffirmé que le secteur de l’éducation et de l’enseignement fait partie des domaines de souveraineté dans le sens où il n’y a pas d’avenir pour n’importe quel peuple sans un enseignement public offrant à tous, et sur un pied d’égalité, toutes les conditions d’apprentissage.

Cet apprentissage, a-til ajouté, ne doit pas se limiter aux cours, à la réception des connaissances et du savoir et à faire passer, ensuite, les examens, mais à développer, également, la faculté de penser, car l’éducation doit être fondée sur la science, les encouragements continus et l’esprit critique dans tous les secteurs.
Le Chef de l’Etat a précisé, encore, que l’inscription du Conseil supérieur de l’éducation et de l’enseignement dans le texte de la Constitution du 25 juillet 2021 émane de la profonde conviction quant à la place occupée par ce secteur tout en assurant que la consultation nationale organisée reflète à son tour la conviction que toute réforme dans ce domaine doit être l’expression de la volonté du peuple, concrétisant ses aspirations et consacrant ses choix. De plus, toute erreur dans la réforme ne peut être corrigée que des années, voire des décennies, plus tard.
Le Président de la République a appelé la ministre de l’Éducation à trouver des solutions urgentes pour les enseignants suppléants sur la base de critères objectifs afin de mettre fin définitivement à cette situation qui n’aurait jamais dû exister et qui ne devrait pas perdurer si les choix initiaux étaient corrects et sains sans l’influence des calculs politiques basés sur des solutions superficielles et conjoncturelles.
« Il est temps , aujourd’hui, de trouver une solution radicale et définitive qui préserve les droits des enseignants et des élèves de manière équitable », a enchaîné en substance le Chef de l’Etat, avant de conclure que l’éducation est une mission et une responsabilité sacrées. D’où l’obligation pour tous de remplir cette mission avec une prise de conscience constante de sa noblesse.

Laisser un commentaire