Fêtes, vacances et circulation routière : Entre insécurité routière et stratégies de communication, le bilan demeure lourd

 

Nécessité de respecter la vitesse autorisée, de garder la distance de sécurité, tout en s’interdisant le dépassement interdit, l’utilisation du téléphone au volant, et d’attacher la ceinture de sécurité. En somme, des règles de bonne conduite les plus basiques qui soient et qui, pourtant, sauvent des vies.

La question de la sécurité routière est un des thèmes qui reviennent toujours dans l’actualité nationale à cause des tragédies recensées des accidents de la route et les pertes en vies humaines. L’un des derniers à déplorer, celui survenu mardi soir au niveau de la route nationale n°3 dans la région d’El-Brij, délégation de Sebala, à Sidi Bouzid. Bilan extrêmement lourd, huit personnes ont trouvé la mort et un blessé grave.

En effet, les accidents de la circulation sont un phénomène qui sévit partout dans le monde. Mais la Tunisie a acquis, malheureusement, une réputation peu reluisante. En cause, le nombre très élevé d’accidents et les statistiques annuelles alarmantes qui vont grandissant des tués et blessés.

Ces accidents de la route enregistrent des hausses significatives pendant les fêtes et les vacances civiles et religieuses et pendant les grandes vacances scolaires coïncidant avec le retour des Tunisiens résidant à l’étranger (TRE) l’été, qui préfèrent passer leurs congés annuels chez eux.

Cette fois-ci et dans le cadre de la période de l’Aïd el-Fitr, nous proposons de procéder à un état des lieux. Il en ressort selon le rapport de l’Observatoire national de sécurité routière que 5.525 accidents de la route ont été enregistrés depuis le début de l’année 2023 jusqu’au 28 décembre, avec un bilan toujours aussi lourd de 1.185 morts et 7.586 blessés.

Ainsi, et en dépit d’une légère baisse du nombre d’accidents, soit 2,06% en comparaison de la même période de l’année dernière, le nombre de victimes demeure très élevé, puisque le taux de décès est de l’ordre de 14,71%, passant de 1.033 morts en décembre 2022 à 1.185 victimes depuis le début de l’année 2023. La hausse est de 19,38 % par rapport à 2021, tandis que le nombre de blessés a diminué de 6 % en 2022.

Un taux de décès le plus élevé à Sfax

Quant à la répartition par région, la triste palme revient au gouvernorat de Tunis avec  875 accidents ayant entraîné la mort de 100 personnes et 1.114 blessés, suivi de Mahdia avec 446 accidents, 53 morts et 599 blessés, alors que les chiffres les plus bas sont enregistrés à Kébili avec 42 accidents ayant fait 9 tués et 61 blessés. La ville du Sud de  la Tunisie se place comme la meilleure élève

Concernant le triste record du taux de décès le plus élevé dans des accidents de la circulation, il est détenu par le gouvernorat de Sfax avec un taux de 11,46 %.

Un coup d’œil sur les principales causes des accidents fait ressortir, selon le site officiel de l’Observatoire, le manque d’attention qui représente le pourcentage le plus élevé avec 40,16 %, alors que l’excès de vitesse est le deuxième facteur significatif avec 16,18% suivi du non-respect des priorités avec un peu plus de 8,17 %.

Deux fêtes et une vigilance accrue

Il est utile de rappeler que lors des fêtes ou des vacances, l’Observatoire national de sécurité routière rend public un communiqué en prévision du trafic dense dans de nombreuses routes sur l’ensemble du territoire, comme c’est le cas de cette année, du fait de la concomitance de la fête des martyrs et des congés de l’Aïd el-Fitr.

C’est ainsi que l’Onsr n’a cessé de diffuser les communiqués sur les médias officiels et les réseaux sociaux à l’adresse des usagers, en vue de les inciter à prendre les précautions nécessaires au volant, de respecter le code de la route, ainsi que les principes de sécurité routière.

On mentionne la nécessité de respecter la vitesse autorisée, de garder la distance  de sécurité, tout en s’interdisant le dépassement interdit, l’utilisation du téléphone au volant, et  d’attacher la ceinture de sécurité. En somme des règles de bonne conduite les plus basiques qui soient et qui, pourtant, sauvent des vies.

L’Onsr donne, par ailleurs, nombre de conseils d’ordre général dont la prudence et le respect de la priorité aux piétons, en même temps des conseils sont prodigués aux motards quant à l’obligation de porter le casque, tellement ils représentant dans notre contrée un danger public. Ils ne portant pas le casque, zigzaguent entre les voitures, foncent dans les sens interdits.

Pour sa part, l’Association tunisienne pour la prévention des accidents de la route a souligné qu’elle s’efforce, notamment en pareille période de chaque année, de sensibiliser les usagers de la route et de les inciter à éviter les comportements imprudents avec une campagne lancée sous le slogan «Le bon sens est le meilleur cadeau : pensez-y avant de prendre le volant ».

Laisser un commentaire