Du Cap bon à Pantelleria…

1,298

J’ai connu Wahid Brahim il y a quelques années à Haouaria, cette ville paisible du Cap Bon, entourée par la mer, violée par les vents…

Nous sommes vite devenus de bons amis, on se rencontrait tous les étés dans la ville de Haouaria, là où Wahid résidait après son départ à la retraite.  Tous les matins on se rencontrait au café «La fontaine» , en plein centre-ville pour bavarder et déguster notre café matinal.

On partageait deux grandes passions: l’amour pour les livres et l’écriture et l’amour pour les vieux objets, le bric à brac. Le rituel  de tous les jeudis était celui de se rendre à Menzel el Temime, pour la grande brocante. C’était assez surréaliste…

On flanait parmi la foule surexcitée et dès qu’un objet nous parlait, nous appelait, on l’achetait!

Wahid disait toujours que c’était l’objet à devoir nous appeler et pas le contraire .

De longues discussions sur la Méditerranée , son destin, sa beauté, le drame de l’émigration…étaient nos sujets privilégiés.

Quand il faisait beau on montait au sémaphore, une localité située tout en haut de la montagne de Haouaria, d’où on peut admirer parfois l’île de Pantelleria, l’autre rive de la Méditerranée…

Laisser un commentaire