Organisation Internationale de Droit du Développement (IDLO) : Faciliter l’accès à la plateforme de lutte contre la violence

1,634

L’Organisation internationale de droit du développement (Idlo)  a tenu une conférence de presse, récemment à Tunis, dans le cadre de son projet «faciliter l’accès à la justice pour les femmes et les assister à requérir leurs droits sur le niveau régional en Tunisie». Ce projet a été  financé par le gouvernement des Pays-Bas, en partenariat avec l’ordre national des avocats en Tunisie et l’Association tunisienne des Femmes Juges.

Mme Nada Riahi, avocate et directrice du Bureau Tunisie de Idlo, une organisation intergouvernementale basée à Rome et en Tunisie, a mentionné que, dans le cadre du projet relatif à l’accès à la justice et aux droits des femmes victimes  de violence dans les deux gouvernorats de Tunis et au Kef, plusieurs sessions de formation ont été organisées au profit des avocats, des juges et des membres de la société civile dans les gouvernorats de Tunis et du Kef.     

Ce projet  vise à améliorer la connaissance des femmes sur la loi organique 58 de 2017. Dans le cadre de ce projet, deux dialogues ont été engagés sur le plan national et régional. Les résultats de ces dialogues ont abouti à une série de recommandations qui ont été élaborées en collaboration avec le ministère  de la Femme, de la Famille et des Seniors, le ministère des Affaires Sociales, l’Ordre national des avocats et l’Association des juges femmes. «Nous avons travaillé ensemble sur l’insertion d’une plateforme qui s’appelle «we Connect women».  Cette plateforme africaine regroupe plusieurs pays africains. Elle a démarré en décembre 2020 pour atteindre un objectif important, à savoir connecter les femmes de ces pays afin de leur permettre de débattre autour de thématiques communes, à l’instar de la violence faite aux femmes.

La loi sur la violence faite aux femmes ne protège pas uniquement la femme, elle protège aussi l’enfant, surtout que  le noyau familial est essentiel pour la société tunisienne, a conclu notre interlocutrice.

Laisser un commentaire