Les « papys » du football font de la résistance : Les inoxydables

2,258
En dépit de leur âge, ils rayonnent sur les pelouses. Nous parlons bien évidemment des supers « papys » qui illuminent notre Ligue 1. Voici les joueurs dont le talent se conjugue encore au présent.

Maher Hannachi, 36 ans, milieu droit du ST

Maher Hannachi est le plus ancien joueur de la Ligue 1. Né le 31 août 1984, la recrue du Stade tunisien a 36 ans ! Il a commencé sa carrière professionnelle en 2008, à l’USM. En 12 ans de carrière, l’international Tunisien a joué dans cinq clubs différents. Il a disputé jusqu’à maintenant 303 matches, toutes compétitions confondues (dont 237 matches en Ligue 1). Solide physiquement et doué techniquement, Hannachi a empilé 39 buts durant sa carrière, offrant 59 passes décisives. Fraîchement recruté par les Bardolais lors du dernier mercato hivernal, il a déjà joué 7 matches. Infatigable Hannachi !

Wissem Ben Yahya, 36 ans, poumon du CA

Il pourrait avoir sa statue à Bab Jedid ! Ayant récemment dépassé les 300 matches sous le maillot du Club Africain (427 toutes compétitions confondues), Wissam Ben Yahya, 36 ans, n’est pas le plus médiatisé, mais sûrement l’un des plus efficaces! Il fait la loi au milieu de terrain clubiste depuis la saison 2003-2004. Auteur d’une expérience en Turquie, entre 2011 et 2015, il a rarement déçu depuis son retour au Parc A. Il a disputé 28 matches de Ligue 1 la saison dernière (5 buts et 3 offrandes) et en compte déjà 21 cette saison (il a disputé tous les matches). Accompagné, lors de cette deuxième partie de la saison par un autre ancien, Saber Khelifa (34 ans), Ben Yahia se montre intraitable. Il fait logiquement partie des hommes de base de Montassar Louhichi. Inoxydable Ben Yahia !

Aymen Balbouli, 36 ans, portier de l’ESS

La longévité, chez un gardien de but, est moins rare que chez un joueur de champ, mais à 36 ans, Aymen Balbouli vit véritablement une seconde jeunesse à l’ESS qu’il a retrouvée la saison dernière. Ayant disputé 14 matches cette saison, l’enfant terrible du Club Africain peut se targuer d’être à la tête d’une défense solide qui n’a encaissé que 15 buts en 21 matches. Seules trois équipes ont fait mieux cette saison en Ligue 1. Il a grandement participé à la bonne saison des hommes de Lassaâd Dridi, en se montrant plusieurs fois décisifs. Quant à son palmarès, Balbouli a remporté quasiment tous les titres possibles (Ligue des champions, Coupe de la CAF, championnat de Tunisie, Coupe de Tunisie, ainsi que la Supercoupe d’Afrique). Avec l’équipe nationale, il termine sa carrière avec une titularisation et une victoire face au Panama (2-1) lors de la Coupe du monde 2018. Qui dit mieux ?

Chadi Hammami, 34 ans, pivot du CSS

Chadi Hammami a retrouvé la Ligue 1 cette saison avec le CSS. Capitaine du groupe sfaxien, il a su mener les jeunes pousses vers le haut niveau. A presque 35 ans, il attaque sa saison avec le CSS après une experience au Golfe, où il est passé par plusieurs clubs, à l’instar d’Al Kuwait SC et Dubai SC. Pour celui qui a débuté sa carrière avec le CSS, lors de la saison 2005-2006, l’envie de relever un dernier défi l’a ramené à la Ligue 1. International depuis 2007 (27 apparitions et 1 but), il compte 9 titres dans son palmarès, dont le fameux Chan remporté par les Aigles de Carthage en 2011, ainsi que la Coupe de la CAF à deux reprises (2007-2008). Il a disputé 17 rencontres depuis le début de saison. De l’endurance à revendre pour Hammami.

Khalil Chammam, 33 ans, axial de l’EST

Il a tout gagné ou presque ! Trois Ligues des champions, dix titres de champion de Tunisie, quatre Coupe de Tunisie, deux Supercoupe de Tunisie et deux championnats arabes des clubs. Khalil Chammam a aussi évolué avec les Portugais de Vitoria Guimaraes. C’est un vétéran qui vaut de l’or. Il est désormais l’un des cadres qui ont fortement contribué au succès continental de l’EST au cours de la décennie écoulée. Chammam est reparti pour une 15e saison sous les couleurs « sang et or » et a passé la barre des 350 rencontres disputées, toutes compétitions confondues. Souvent  hors liste au cours de l’exercice actuel, Chammam n’a disputé que neuf petits matches. Néanmoins, son rôle dépasse le volet sportif. Sa position de leader, ainsi que son expérience lui permettent de jouer un rôle primordial, notamment dans l’encadrement des jeunes joueurs. Désormais, il fait partie des icônes du club de Bab Souika.

Laisser un commentaire