«Majazz», le nouveau projet jazz de Malek Lakhoua: La beauté du métissage

2,891

Sonorités orientales du oud tunisien et plusieurs instruments jazz à l’instar de la batterie ou la trompette constituent le corpus musical de ce projet qui propose une rencontre inédite entre le oud et les sonorités du vibraphone.

Après une première rencontre avec le public en décembre dernier dans le cadre de la première édition hivernale du Festival de la Médina au Club culturel Tahar-Haddad de Tunis, Malek Lakhoua présentera, en sextet inédit, son nouveau projet «Majazz» à l’occasion de l’ouverture de la huitième édition du festival de jazz keffois «Sicca Jazz», le 14 mars.

Malek Lakhoua est batteur autodidacte militant pour le jazz et la musique live en Tunisie. Il a créé plusieurs rendez-vous «live», devenus incontournables en Tunisie. Il a dirigé ou codirigé des formations comme «Blue Note Project» ou «Organic Trio» avec Fawzi Chekili. Il est membre du trio du pianiste tuniso-suisse Moncef Genoud.

«Majazz», dont le terme renvoie aux notions du «métissage» ou «alliage», est une métaphore qui évoque des sonorités plurielles qui se conjuguent ensemble. «Majazz» désigne aussi, en arabe, la liberté de donner libre cours à l’imagination et à l’imaginaire, faisant, ainsi, écho à une infinie liberté qui est au cœur même de la musique jazz qui souligne l’identité musicale de ce projet.

Sonorités orientales du oud tunisien et plusieurs instruments jazz à l’instar de la batterie ou la trompette constituent le corpus musical de ce projet qui propose une rencontre inédite entre le oud et les sonorités du vibraphone.

Outre les nouvelles compositions spécialement écrites pour l’occasion, «Majazz» s’appuie aussi sur des arrangements de standards de jazz et également des airs de musique arabe, mis en œuvre par un sextet composé de musiciens de deux continents et quatre pays différents : le vibraphoniste italien (basé à Paris) Nicholas Thomas, le trompettiste français Quentin Ghomari, le contrebassiste suisse (basé à Vienne) Andreas Wealti et les deux oudistes tunisiens Aziz Essaied et Mouna Chtourou, avec le batteur Malek Lakhoua qui complétera la liste.

Une avant-première est également programmée pour le 11 mars à l’Institut supérieur de musique de Sousse.

Laisser un commentaire