Brahim Bouderbala : « Le Parlement contribuera au développement du secteur des médias »

2,102

 

Le président du Parlement met en exergue « l’écrin qui revient à la liberté des médias en tant qu’acquis majeur engrangé au lendemain de la révolution », appelant « à mettre à contribution ce capital de liberté d’expression au service de l’intérêt supérieur du pays ».

Le Parlement est disposé à contribuer activement à la promotion et au développement du secteur des médias, a fait savoir le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Brahim Bouderbala en recevant, mardi, au Palais du Bardo, le président de la Fédération tunisienne des directeurs de journaux (Ftdj), Taieb Zaher, et la délégation l’accompagnant.

Cité dans un communiqué, le président du Parlement a réaffirmé la disposition de l’institution à contribuer comme il se doit au développement du secteur des médias à travers l’adoption d’un dispositif législatif répondant aux exigences, spécificités et évolutions du paysage médiatique.

Bouderbala a saisi l’occasion pour mettre en exergue l’écrin qui revient à la liberté des médias en tant qu’acquis majeur engrangé au lendemain de la révolution, appelant à mettre à contribution ce capital de liberté d’expression au service de l’intérêt supérieur du pays.

« En cette conjoncture délicate que vit le pays, les médias sont appelés plus que jamais à accomplir au mieux leur mission », a insisté le président de l’ARP, réaffirmant la disposition de l’institution parlementaire à faire preuve d’ouverture et de collaboration avec les médias.

« Réglementer davantage les relations entre le Parlement et les médias »

« Nous sommes soucieux de réglementer et d’organiser davantage les relations entre le Parlement et les médias. A cet effet, nous œuvrons à instaurer un système d’accréditation et à offrir des conditions de travail appropriées au sein de l’institution parlementaire, de manière à permettre aux professionnels des médias d’accomplir au mieux leur rôle dans l’information du public sur les projets de loi ».

Prenant la parole, le président de la Fédération tunisienne des directeurs de journaux (Ftdj) a passé en revue les différents problèmes auxquels est confronté le secteur des médias en Tunisie, citant notamment la question de la publicité publique et les moyens permettant aux médias d’en tirer le meilleur profit. Dans ce contexte, il a appelé à la nécessité d’adopter une loi relative à la création d’une Agence nationale de gestion de la publicité publique dans le but de réglementer davantage cette question et de la traiter en toute transparence. « L’importance des abonnements à la presse écrite papier en tant que source de financement et gage de sa pérennité, n’est plus à démontrer », a-t-il dit.

Taieb Zaher s’est dit satisfait de voir le président de l’ARP afficher une volonté de collaborer ouvertement avec les médias et œuvrer à réglementer les relations entre les deux parties. Il a souligné l’entière disposition de la Ftdj à apporter l’assistance et les approches utiles à ce sujet, notamment, en ce qui concerne la question de l’accréditation.

Les participants à cette réunion ont eu l’occasion de soulever nombre de questions liées aux préoccupations des professionnels des médias, notamment le décret-loi n°54 du 13 septembre 2022 relatif à la lutte contre la criminalité liée aux systèmes d’information et de communication. Ils ont également évoqué les difficultés auxquelles sont confrontés bon nombre de médias en proie à la précarité et menacés de disparition, faute de moyens financiers.

Laisser un commentaire