Deuxième édition du «meilleur orateur ISTIC 2.0» : Savoir parler, ça s’apprend aussi

4,233

 

Des certifications, des formations personnalisées en prise de parole en public ont été fournies aux meilleurs orateurs, un trophée pour le gagnant et des activités ludiques à objectif éducatif… Samedi dernier, à l’Institut supérieur des technologies de l’information et de la communication «Istic», l’ambiance de groupe était telle qu’elle a inspiré un état d’esprit compétitif et de saine émulation.

La communication verbale et non verbale est très importante dans la vie pour une meilleure entente entre les individus. C’est dans ce cadre que s’est tenue la deuxième édition du concours du meilleur orateur 2024, organisée par «l’ISTIC», en collaboration avec Soumaya Guizani, responsable de la pépinière de la faculté, le centre 4C, et Yassine Gouiaa, président de l’Organisation nationale des entrepreneurs.

Le concours a été destiné notamment aux étudiants de la première année, toutes filières confondues, et s’inscrit dans le cadre du cours enseigné portant sur la communication et la prise de parole en public. La cérémonie de remise des prix a eu lieu, samedi dernier, au sein de la faculté, en présence des invités experts en communication professionnelle et enseignantes de la matière qui n’ont épargné aucun effort pour soutenir, encourager et booster leurs étudiants très motivés, pour présenter un exposé en relation avec leurs études, dans lequel ils ont démontré leurs capacités et compétences à prendre la parole et à expliquer des idées devant un jury, tout en exploitant leurs connaissances et apprentissage pour maîtriser l’art oratoire et celui non verbal.

A partir de 10h00, devant la salle d’examen, les participants au concours s’apprêtaient à se présenter devant le jury, les thèmes étant focalisés sur l’intelligence artificielle, le signal et les réseaux, les objets connectés… L’expérience a été, alors, fort appréciée, d’autant qu’elle pourrait bien aider l’étudiant à s’améliorer, à reconquérir la confiance en soi pour mieux maîtriser l’art de la prise de parole. Tandis que d’autres ont préféré se concentrer plutôt sur l’examen avant d’en parler. Pour la plupart des étudiants, cette première expérience est très bénéfique, car elle leur apprend à mieux gérer le stress, et leur permettra de mieux maîtriser l’art de la parole et leur langage corporel qui devrait être adapté à la situation reflétant ainsi leur confiance en eux et leur maîtrise du sujet.

Ils ont appris à bien communiquer oralement et gestuellement, mettant l’accent sur le langage corporel du candidat, tels que le charisme et la confiance en soi, la bonne gestion du trac, de la nervosité, les expressions faciales et la posture droite, la mise en valeur du paralangage et la qualité du discours… ..

Tous des gagnants !

Les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour participer à cet évènement et tenter l’expérience ont focalisé leur prestation sur l’intelligence artificielle et l’informatique tel le cas de Yassine Maâlaoui, inscrit en première année LAII, qui a parlé de l’intelligence artificielle, ses effets et impacts positifs et négatifs sur les domaines de la santé, la finance et l’éducation. Idem pour Eyz Hadj Kilani et Aroua Weslati, tous deux ont précisé que cet exercice était une occasion pour exprimer leurs idées devant un jury afin de mieux apprendre comment «pitcher» en public, avoir une meilleure confiance en soi qui stimule ainsi leurs capacités à tenir un discours oral, à s’améliorer, à apprendre et à se corriger en apprenant de leurs erreurs, tout en tenant compte des remarques pertinentes faites par les experts en communication. «La deuxième édition du meilleur orateur est une bonne initiative qui fait montrer le côté pratique du module enseigné en séances de cours, à savoir les techniques de communication et la prise de parole en public et c’est un très bon entraînement pour les étudiants», dévoile la directrice des quatre C et enseignante à l’Institut, Mouna Ghrab. Et de renchérir, «La nouveauté pour cette année serait de pouvoir perpétuer et inculquer cette habitude chez les étudiants pour participer à ce concours afin de s’entraîner et améliorer leurs compétences par rapport à la prise de parole et la communication verbale et non verbale».

Améliorer les compétences et les performances des étudiants

Faten Guizani, initiatrice de ce concours, enseignante et coordinatrice de la matière technique de communication, a précisé que la deuxième édition du meilleur orateur est une opportunité pour les étudiants afin d’instaurer les techniques de paroles qui s’inscrivent évidemment dans le cadre de la matière enseignée et d’encourager les étudiants pour se présenter devant un jury spécialisé en communication dans les entreprises, vu l’importance de la maîtrise de ces techniques. «12 candidats ont été sélectionnés pour parler d’un sujet en étroite relation avec leurs études et de se présenter devant le jury afin de montrer leur capacité à gérer l’espace, maîtriser la gestuelle… Pour les prix, ils sont symboliques, nous avons décidé d’offrir un trophée et une formation personnalisée en prise de parole en public, pour le premier gagnant mais aussi les 6 premiers candidats vont bénéficier d’une formation personnalisée en prise de parole en public offerte par le jury», explique l’enseignante.

Avant d’annoncer les noms des candidats gagnants, un team-bulding, ludique et à objectif éducatif a été proposé par les experts en communication afin de créer une ambiance conviviale et amusante et leur apprendre par là même à travers ces activités comment faire un choix dans la vie, de surmonter les difficultés et s’adapter aux nouvelles situations…

Le moment tant attendu de l’annonce du lauréat de la nouvelle édition ainsi que les six gagnants est venu. Khalil Khmir, qui a remporté le trophée du meilleur orateur, a exprimé sa grande joie d’avoir eu cette occasion pour parler d’un sujet qui le passionne énormément et de pouvoir décrocher le prix en mettant en exergue tout ce qu’il a appris en cours pour réussir sa prestation devant le jury. Mohamed Aziz Dorbez et Sondes Bahri ont précisé, lors de ce concours, que cette expérience leur a permis d’avoir plus de confiance en eux, d’apprendre davantage, d’améliorer leurs compétences et d’apprendre de leurs erreurs.

Laisser un commentaire