Entrevue avec Tarek Baccouche, Directeur général de l’INP – Restauration et préservation : les chantiers du patrimoine tunisien

2,620

 

L’Institut national du patrimoine (INP) travaille actuellement sur trois grands chantiers dans des sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco: la réhabilitation du musée national de Carthage, sur le site archéologique de Carthage, et la restauration de la mosquée Okba Ibn Nafaâ à Kairouan et de la mosquée Zitouna, à la médina de Tunis.

À l’occasion de la célébration du Mois du patrimoine (18 avril–18 mai), la TAP a eu une interview avec Tarek Baccouche, Directeur général de l’Institut national du patrimoine. Il a présenté sa vision de la réforme et la valorisation du patrimoine ainsi que les grands projets pilotés à Carthage, Kairouan et la médina de Tunis par l’Institut qui travaille également sur «un projet de partenariat avec le Centre national de cartographie et de télédétection du ministère de la Défense nationale».

Les artefacts au musée de Carthage seront numérisés

«La réhabilitation du musée national de Carthage est un projet financé par l’Union européenne à hauteur de 18 millions d’euros. Il consiste en la reconstruction complète du musée selon les standards internationaux», précise Tarek Baccouche.

Ce projet va permettre de réinventorier, transférer, entretenir et numériser des artefacts dont le nombre avoisine les 100 mille pièces. «Le retrait des artefacts du musée devra être fait avant la fin de l’année en cours et la totalité des archives numérisées sera accessible en «ligne d’ici fin 2025», a-t-il dit.

Les comités scientifiques et le Comité de mise en œuvre des travaux sont prêts à entamer ce projet piloté par un Bureau d’études allemand», ajoute-t-il.

La partie sud du rempart de Kairouan sera reconstruite

L’INP travaille sur deux projets, financés par l’Arabie Saoudite, pour la restauration des mosquées Zitouna, à la médina Tunis, et Okba Ibn Nafaâ de l’ancienne médina de Kairouan.

Baccouche a évoqué «un énorme projet visant la restauration de la mosquée Okba, financé par un don d’une valeur de 15 millions de dollars, en plus de financements de l’ordre de 7 millions de dollars pour la restauration de la mosquée Zitouna».

S’agissant des résultats de l’enquête sur l’effondrement d’un pan du rempart de la ville de Kairouan, en décembre 2023, ce qui a entraîné la mort de trois personnes, il a déclaré que le dossier de cet incident est actuellement devant le tribunal. Il a encore indiqué que «l’ingénieur de l’INP qui supervisait le rempart de Kairouan a récemment été acquitté par le justice».

Revenant sur les causes de cet incident, il a souligné qu’une fuite dans le réseau de distribution d’eau était parmi l’un des principaux facteurs ayant conduit à l’effondrement de cette partie du rempart.

Afin que de tels incidents ne se reproduisent plus à l’avenir, la partie affectée du rempart devra être reconstruite selon les standards internationaux, tout en veillant à conserver son cachet architectural, a fait savoir le directeur général de l’INP, précisant que des contacts sont en cours avec la partie saoudienne en vue de financer les travaux de restauration de ce rempart long d’environ 4 kilomètres.

«Les restaurations réalisées auparavant sur le rempart étaient partielles et à court terme», a-t-il ajouté.

Baccouche a également annoncé la conclusion prochaine d’une convention de coopération et de partenariat entre l’INP et le Centre national de cartographie et de la télédétection, en vue d’inventorier les sites archéologiques en Tunisie afin de promouvoir l’investissement dans le secteur culturel et encourager le tourisme culturel.

Dans le cadre de ce projet, les sites et monuments classés sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, dans un premier lieu, seront photographiés à l’aide d’une technologie de haute qualité et précision (Scan réel).

La préservation du patrimoine est une responsabilité partagée

Le budget alloué au secteur du patrimoine en 2024 est d’environ 78 millions de dinars consacre «40 millions de dinars pour les salaires et 3 millions de dinars pour l’entretien des sites et monuments historiques et archéologiques», a déclaré le directeur général de l’INP.

Il a rappelé que l’INP est intervenu à de nombreuses reprises pour restaurer un certain nombre de monuments historiques dans la médina de Tunis, tels que la Khaldounia, suite à la visite du Président de la République, Kais Saied, en février dernier.

Les travaux de restauration de la Khaldounia sont en cours et devraient être achevés au mois de mai, a déclaré Baccouche. Il a relevé la difficulté d’intervenir sur ce monument, adjacent à de vieux bâtiments privés, le plus souvent négligés et fermés.

La préservation du patrimoine est une responsabilité partagée qui implique toutes les parties officielles et la société civile concernées par ce secteur dans le pays, a estimé le directeur général de l’INP.

Il a lancé un appel aux citoyens en vue de s’engager davantage dans la protection et la préservation du patrimoine et les entreprises privées à s’investir dans des centres culturels et de petits musées qui contribuent à la valorisation du patrimoine national, matériel et immatériel.

Laisser un commentaire