Semaine de la mer à Tabarka : Immersion dans la biodiversité

43

 

A Tabarka, vient de commencer, depuis dimanche, la semaine de la mer, dans sa 14e édition, à l’initiative du WWF Afrique du nord, en collaboration avec l’Institut national agronomique de Tunis (Inat) et Okianos. Un évènement scientifique qualifié d’exceptionnel qui s’étalera du 7 au 12 de ce mois.

L’été bat son plein, donnant lieu à un marathon d’activités d’ordre récréatif, culturel et cognitif. Et de plus, des journées d’étude et des opportunités de formation et de recherche sont inscrites sur un calendrier saisonnier prolongé, au cours desquelles de nombreux jeunes en tirent énormément profit. Ils joignent l’utile à l’agréable, pour ainsi dire.

A Tabarka, vient de commencer, depuis dimanche, la semaine de la mer, dans sa 14è édition, à l’initiative du WWF Afrique du nord, en collaboration avec l’Institut national agronomique de Tunis (Inat) et Okianos. Un évènement scientifique qualifié d’exceptionnel qui s’étalera du 7 au 12 de ce mois. Une semaine bien chargée revêtant un aspect assimilé plutôt à une école d’été, visant à offrir aux étudiants et jeunes chercheurs une occasion propice à mieux comprendre le monde écologique et découvrir son écosystème marin, sous un angle scientifique.

Ainsi, en de multiples sessions sur le tas, il y a de quoi faire d’une pierre deux coups : se balader, voir nos aires protégées et s’initier à l’écologie dans des ateliers immersifs à ciel ouvert. En fait, du matin au soir, sur le terrain ou en salle de conférence, le débat sur l’environnement marin n’en finit pas.

Majel Chitana, un site Ramsar

Hier, lundi, les participants ont eu à visiter la baie et le littoral de Sidi Mechreg à Bizerte, où ils ont pu s’enquérir des méthodes de suivi des habitats marins. Puis, destination la réserve naturelle de Majel Chitana, devenue ainsi depuis 1993. Elle est classée, depuis 2007, zone humide d’importance internationale inscrite sur le site Ramsar. Ceci étant, par son lac et ses tourbieres, ses oiseaux d’eau et ses plantes aquatiques rarissimes, d’où l’intérêt tout particulier que lui accorde le WWF (Fonds mondial pour la nature)-Tunisie. D’autant plus qu’un aperçu exhaustif des écosystèmes marins en Tunisie sera, ensuite, donné par Mohamed Ali Ben Tmessek, au ministère de l’Environnement. Les aires marines protégées et leur gestion figurent aussi sur la table des matières.

Au programme, également, une sortie en bateau, marquée, entre autres, par l’observation et l’identification des cétacés marins. En pratique, étudiants et jeunes chercheurs entrent dans le vif du sujet, s’initiant à « l’identification des espèces collectées » et « la préparation alguière ». « Biodiversité marine en Tunisie », ainsi que le « Carbon bleu » sont aussi des thématiques principalement liées à la mer. En ces temps de changement climatique, on est en droit de se poser la question : quels impacts sur cette biodiversité marine ? Et comment la protéger, à l’aune des défis de l’adaptation et de la résilience, en tant que clé de voûte du développement durable. Et là, l’usage des nouvelles technologies semble aussi de mise.

Formation sur les techniques de pêche

Autres visites de prospection et non pas des moindres : la Retenue Bouhertma, oued, pêche, plages de ponte de tortues marines à Zouaraâ (Nefza), ainsi que la prospection des déchets marins. Une formation sur les techniques de pêche a également eu lieu.

En fin de la semaine de la mer, les vadrouilleurs ne manquent pas de rédiger leur rapport de visites, avec plus de détails sur ce qu’ils ont constaté et retenu.

Leur bilan serait plus qu’intéressant, dans la mesure où il servirait de cours pratique en matière de biodiversité marine et des défis de sa conservation.

« L’objectif étant d’améliorer et d’approfondir les connaissances dans le domaine maritime. Au-delà de l’apprentissage théorique, les participants auront l’opportunité de s’engager dans des activités pratiques, d’assister à des conférences spécialisées et de participer à des ateliers interactifs », lit-on dans le communiqué du WWF-Tunisie.

Somme toute, cet événement se veut, selon le WWF, une plateforme de networking, permettant aux professionnels, chercheurs et étudiants de se rencontrer, d’échanger et de collaborer en matière des sciences marines.

Laisser un commentaire