A l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, célébrée chaque année le 29 novembre, l’Union générale tunisienne du travail  (Ugtt) a organisé, hier, une conférence pour rappeler son attachement à soutenir de toute force la cause du peuple palestinien, mais aussi pour transmettre un message à tous les peuples arabes à s’unir pour combattre les forces occupantes de l’entité sioniste.


En présence des deux secrétaires adjoints de la centrale syndicale, Samir Cheffi et Bouali Mbarki, de l’ambassadeur palestinien à Tunis Hael Al Fahoum, de responsables syndicalistes, de diplomates palestiniens et de défenseurs des droits de l’homme, la conférence a été l’occasion de discuter l’actuel processus de résistance contre les forces occupantes des territoires palestiniens et les solutions de le renforcer en unifiant les efforts des pays arabes.

C’est dans ce sens que l’ambassadeur palestinien a tenu à remercier la Tunisie et son peuple, les qualifiant de vivier de solidarité des causes humanitaires et libérales contre l’oppression et les forces occupantes. «La Tunisie n’est pas seulement un vivier de solidarité de la cause palestinienne, mais de toute autre cause humanitaire qui plaide en faveur de la liberté et des droits humains», a-t-il affirmé.

Adoptant un discours rationnel, l’ambassadeur a estimé que l’heure a sonné et le temps est venu pour une nouvelle stratégie arabe commune à même de combattre l’ennemi sioniste. En effet, il a profité de cette occasion pour étaler sa vision sur les modalités et les moyens de combattre l’entité sioniste dont, selon ses dires, «les stratégies mises en place depuis des décennies et qui sont parvenues à détourner les vérités sur l’histoire de la nation arabe.

Le peuple palestinien fait face à une stratégie internationale visant à le radier de la carte mondiale, et supprimer son existence et à mettre fin à l’identité arabe. Soutenir le peuple palestinien, c’est soutenir la vérité et les droits humains et nous pensons qu’il est grand temps pour la nation arabe d’entamer la phase de planification et d’action en mettant des stratégies et des agendas qui protègent les peuples arabes et leurs droits», a-t-il soutenu. Et d’appeler à protéger également l’expérience démocratique tunisienne car, selon ses dires, elle reste menacée par des plans étrangers.

Pour sa part, Samir Cheffi, secrétaire adjoint de l’Ugtt, a plaidé en faveur de l’unification des efforts arabes pour s’opposer à l’occupation exercée par l’entité sioniste. Cheffi a rappelé dans ce sens le refus de la centrale syndicale et de la Tunisie de toutes les décisions de l’Administration américaine de Donald Trump qui soutiennent l’oppression du peuple palestinien et qui visent à diviser la Palestine en deux pays.

«Cette conférence intervient dans une conjoncture internationale marquée par un soutien américain porté à l’entité sioniste face à un silence des gouvernements arabes. A cet effet, nous rappelons que l’Ugtt sera toujours aux côtés du peuple palestinien, car sa cause est également la nôtre. Nous estimons qu’il s’agit d’un conflit existentiel et il est de notre rôle de soutenir de toute force l’opposition et les droits du peuple palestinien», a-t-il estimé, félicitant la position du Chef de l’Etat Kaïs Saïed quant à la cause palestinienne.  Ce dernier, lors de sa campagne électorale, avait insisté sur le fait que la normalisation avec l’entité sioniste «ne constitue pas un simple crime, mais plutôt une haute trahison».

Défendre la juste cause palestinienne
Toujours dans le cadre de cette Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, la Tunisie avait interpellé la communauté internationale sur sa responsabilité envers la situation en Palestine et appelé à «prendre des mesures sérieuses pour défendre la juste cause palestinienne». En effet, dans ce sens, le ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué pour appeler la communauté internationale à prendre toutes les mesures pour défendre «la juste cause palestinienne».

«La Tunisie appelle toutes les consciences du monde et toutes les forces éprises de paix à prendre des mesures sérieuses pour défendre la juste cause palestinienne», a-t-on communiqué. Dans ce sens, le ministère avait rappelé à tous les acteurs internationaux «leurs responsabilités humanitaires, morales, politiques et juridiques pour contribuer à l’instauration d’une paix réelle, durable et globale qui mette fin aux pratiques des forces occupantes et à leurs attaques systématiques racistes et inhumaines contre le peuple palestinien sans défense», ajoute le communiqué.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans Actualités

Un commentaire

  1. medespoir

    02/12/2019 à 11:19

    Un article très original ! merci

    Répondre

Laisser un commentaire