Les travaux du 3ème colloque scientifique sur  » Le phénomène religieux en Tunisie  » organisé, vendredi, par l’unité de recherche à la Faculté des lettres de la Manouba ont été suspendus.
Abdessalam El Issaoui, doyen de la faculté, a indiqué, à la correspondante de TAP, que le colloque a été interrompu par des protestations d’étudiants qui refusaient la présence de politiques dans cette rencontre.
Des étudiants et des activistes de l’Union générale des étudiants de Tunisie (Uget) ont manifesté leur colère contre la présence des deux leaders du parti Ennahdha, Ali Larayedh et Abdelhamid Jelassi, dès l’ouverture du colloque sur le thème  » Le phénomène religieux en Tunisie entre le référentiel des frères musulmans et la spécificité tunisienne « .
Ils ont scandé des  » Dégage  » contre les leaders d’Ennahdha, provoquant un climat de tension dans la salle. Les organisateurs ont dû interrompre les travaux et quitter la salle.
Selon le recteur, ces visiteurs n’étaient pas prévus dans le programme du colloque.
De son côté, Marouen Ben Jeddou, représentant de l’Uget, a indiqué que les étudiants ont été surpris par la présence de Larayedh et Jelassi, accompagnés d’autres personnes, sans qu’ils soient officiellement invités ou que leur présence soit annoncée à l’avance, comme c’est généralement le cas dans la faculté. Ils ont exigé leur départ pour souligner le respect de la neutralité de l’universitaire.
Des communications étaient prévues sur « L’islam politique en Tunisie », « Les mutations de l’islam politique après les révolutions arabes » et « Ennahdha entre islamisme et démocratie ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire