Chiraz Lâatiri: « Il est nécessaire de  limiter du mieux que nous pouvons les impacts de cette crise »

Lettre ouverte à tous les artistes et à tous les acteurs culturels par Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles.

Les annulations des manifestations culturelles, la fermeture des salles de cinéma, des espaces culturels et des galeries d’art, dues  au coronavirus, imposent désormais  une vaste hibernation du secteur culturel. Face à cette situation délicate que traverse l’ensemble des acteurs culturels public et privé, Mme Chiraz Laâtiri, ministre des Affaires culturelles, a adressé une lettre ouverte aux artistes et opérateurs culturels publics, privés et issus de la société civile .

 

« Chers collègues, artistes et opérateurs culturels publics, privés et issus de la société civile,

Tout d’abord, je voudrais affirmer mon admiration pour l’engagement de tout le secteur culturel, qui fait prévaloir la sécurité et la santé de tous nos concitoyens, en ce moment, malgré la difficulté économique qu’il risque d’engendrer.

En renvoyant vos activités durant cette crise sanitaire, vous participez à confiner l’épidémie et certainement sauver des vies.

Le ministère de la Culture est conscient des efforts et aussi de l’impact que cela a sur vos vies quotidiennes et votre activité économique. Notre secteur, qui apporte joie, réflexion, émotions à nos concitoyens, est affecté dans son fonctionnement par cette crise sanitaire.

Nous allons, dans les prochaines semaines, et selon l’évolution de la crise sanitaire, lancer les discussions et étudier les procédures nécessaires afin d’accompagner la relance du secteur culturel et limiter du mieux que nous pouvons les impacts de cette crise, en concertation avec les autres ministères et les différents organismes concernés.

La réponse ne peut pas venir du ministère des Affaires culturelles seul.

Elle viendra de notre union en tant que secteur, entre tous les différents secteurs culturels, d’un effort partagé entre tous les acteurs publics, privés et issus de la société civile et de la bonne volonté et la bonne foi de tous.

La réponse doit être à la fois économique, sociale, solidaire mais aussi transparente, équitable, créative et certainement culturelle.

Soyons conscients que la reprise prendra du temps mais il est important qu’elle soit construite sur des bases solides.

Cette relance reposera sur nous tous, ensemble.

Cette relance sera probablement aussi l’occasion de mettre en place les mécanismes pour que notre secteur soit plus résilient contre ce genre de crises.

Nous solliciterons les différents acteurs culturels, dans les prochains mois, pour apporter cette réponse commune.

Que vive la Culture tunisienne, multiple, riche et résiliente. »

 

Chiraz LAÂTIRI

(Ministre des Affaires culturelles)

Laisser un commentaire