Personne n’est en mesure de connaître la fréquence des bus ou des métros qu’il emprunte tous les jours. C’est tout juste si l’usager arrive à situer, approximativement, l’heure à laquelle il peut trouver un bus, un métro ou un train. Ce dysfonctionnement est vécu au quotidien par tout le monde. 

On peut attendre jusqu’à une heure ou plus un bus ou un métro. Et, d’un coup, on en voit arriver une série à quelques minutes d’intervalle !

Cela dure depuis des années. 

Cette incurie est entrée dans les traditions de la Transtu. C’est le cas pour les métros. Il est possible d’en attendre longtemps un avant d’en voir un carrousel. Sur la ligne 6, la pratique est quotidienne. 

Jeudi 25 avril, aux alentours de 13h00, au terminus d’El Mourouj, quatre métros se tenaient à la queue leu-leu devant une station bondée en raison d’une très longue attente. Plus étonnant, encore, le cinquième métro n’était pas très loin !

Ces perturbations sont devenues une routine sans que l’on arrive à y faire face.

A.C.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire