Le conseil central de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), refuse catégoriquement la signature de l’accord de libre échange complet et approfondi ALECA avec l’Union Européenne dans sa version actuelle, soulignant que la réhabilitation du secteur agricole constitue une priorité nationale qui ne peut être liée au dossier du partenariat avec l’Union Européenne.

Le conseil, qui a adopté un plan stratégique de l’union 2018/2023 lors de sa réunion tenue à Mahdia les 4 et 5 mai courant, s’est félicité, dans un communiqué publié dimanche, des résultats du processus de négociations entre l’union et la présidence du gouvernement dans le cadre de la commission mixte et surtout de l’accord sur le principe de la dynamique des prix.

« Ce principe constitue un acquis important qui permettra de s’adapter avec le cout et garantir la marge de gain aux agriculteurs » a indiqué le conseil qui a appelé le gouvernement à accélérer la réalisation de tous les engagements pour sauver et moderniser les secteurs des grandes cultures, des volailles et de la pêche.

Le conseil a imputé la responsabilité de « la destruction » des systèmes de production au ministère du commerce à travers la multiplication des importations « non etudiées », et son atermoiement dans la réforme des circuits de distribution et dans la lutte contre la contrebande.

Dans un autre contexte, l’Utap a insisté sur la nécessité de réviser le prix référentiel des tomates saisonnières et de la mise en place d’un programme national pour fournir les besoins de la Tunisie en semences des pommes de terre locales.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *