Par Jalel MESTIRI
Ils ne sont pas seulement de grands noms du football, mais là où ils continuent à se revendiquer, ils ont gagné une aura de légende. On aurait pu penser que les années allaient commencer à peser sur leurs performances. Mais, à un âge souvent avancé et en dépit de capacités physiques qui commencent à décliner, les joueurs cadres continuent à être décisifs, que ce soit sur le terrain ou ailleurs. A force de persévérer, à force de toujours vouloir pousser leurs limites plus loin, ils font toujours exploser les plafonds de verre : l’habitude des réalisations décisives, et une influence majeure sur le terrain. Tout ce qu’ils ne cessent de laisser entrevoir ne manque ni de rigueur, ni d’allure, ni aussi de classe. Il met en évidence des joueurs de haut rang, pour ce qu’ils sont et pour ce qu’ils symbolisent.
A leur façon de se donner sur le terrain, ils ont pris l’habitude de se faire à l’idée que chaque match est à lui seul un parcours, une vie. On serait tenté d’en dire plus et encore mieux sur des joueurs qui ne cessent de relever les défis, sur les leçons qu’on peut retenir dans ces temps de transhumance. Au-delà des victoires et des performances, c’est le mérite de sportifs qui ont appris à bien gérer les matches, qui savent résister sans jamais rompre. Parfois remués, mais toujours bien disposés et bien carrés, ils réussissent ainsi à colorier le dessin au crayon et aux couleurs. C’est pourquoi, et à aucun moment, ils n’ont attribué leurs réussites à la chance ou à des facteurs externes.
Ces joueurs cadres de l’ESS détiennent au fait des atouts que bien d’autres ne possèdent pas. Le charisme, la compétitivité, le devoir de responsabilité et le sens d’appartenance. Ils ont prouvé qu’ils ne sont pas seulement bons pour jouer. Là où ils se revendiquent, ils sont capables de s’adapter à tous les choix et les considérations tactiques. Ce sont surtout des joueurs capables de s’imposer partout. Rarement un geste de trop. C’est l’impératif de ces footballeurs hors pair, pas seulement de jouer, mais aussi et surtout d’être eux-mêmes. Sur le terrain et à la manière avec laquelle ils encadrent leurs camarades, ils ont inventé un genre qui leur est propre.
Les parcours des équipes et des grands footballeurs se réalisent, dans la majorité des cas, à l’intérieur d’un système, d’une stratégie et d’un projet de jeu. La plupart du temps organisés et institutionnalisés selon une philosophie autour de joueurs particuliers. L’adaptation est souvent l’objet d’une importante action de repérage des acteurs développant des qualités sportives exceptionnelles : le plaisir de voir des joueurs qui poussent, des joueurs qui vont au bout de leurs intentions.
L’heure n’est jamais aux adieux annoncés. Toutes les saisons, c’est un nouveau cycle. De nouveaux objectifs, de nouveaux défis. Peut-être qu’il ya aura aussi des joueurs plus attractifs ? C’est une réflexion à mener. Mais il n’y a pas que cela. Il y a de bonnes questions à poser. Point d’enterrement, c’est une présence assumée. Une fierté. Il se peut que ces joueurs cadres ne soient pas mieux que d’autres, mais leur présence est toujours souhaitée. Leur impact au sein de l’équipe reste déterminant.
Reste à savoir où désormais ils peuvent s’arrêter ? A ce niveau d’efficacité, de rayonnement et d’influence, pas évident d’imaginer ce qui pourrait les éloigner des terrains.

Charger plus d'articles
  • Une phase infertile

    Il est évident que les différents dérapages dans lesquels s’enfoncent les responsables et …
  • Une crise identitaire

    La reconversion du mouvement Ennahdha, que ce soit dans les attitudes de bon nombre de ses…
  • Les plaies toujours ouvertes

    Dans un contexte de tensions politiques récurrentes, de crise sanitaire et de sérieuses di…
Charger plus par Jalel MESTIRI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire