L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a organisé récemment  dans un hôtel à Bizerte, en collaboration avec l’union des femmes tunisiennes (UFT) et en présence des membres du Conseil municipal de Bizerte, une formation des formatrices pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Une quinzaine de femmes ont été formées pour devenir elles-mêmes des formatrices et cibler le maximum de femmes dans la région et ailleurs afin de les sensibiliser contre le gaspillage alimentaire qui s’accentue surtout pendant le mois de Ramadan.

Des présentations sur plusieurs thèmes ont meublé la formation qui a duré deux jours et qui a été animée par Dr. Raoudha Khaldi, Sihem Mannai et Issam Azouri. Un contenu simplifié et riche à la fois a été présenté durant cette formation afin d’enrichir les connaissances des participantes sur la base d’une méthodologie spécifique basée sur des travaux pratiques.

Des supports numériques et en papier ont été distribués  à ces femmes afin de les utiliser pour former d’autres femmes et leur apprendre les bonnes pratiques alimentaires.

Cette activité entre dans le cadre d’un projet organisé par la FAO depuis 2016 suite à des études menées sur les  filières lait et céréales  permettant d’estimer les pertes et les gaspillages et d’identifier leurs causes pour pouvoir mettre en place des stratégies pour la réduction de ces phénomènes en Tunisie.

Deux cents kilos par personne et par an représentent les quantités qui sont gaspillées, selon des statistiques réalisées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

L’impact des pertes et du gaspillage alimentaire ne touche pas que le simple citoyen. Il menace les ressources alimentaires qui diminuent considérablement l’environnement qui souffre de la pollution, et la planète qui ne supporte plus les déchets.

Sarah Ben Omrane

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *