L’entraîneur stadiste est satisfait de l’évolution de ses joueurs qui n’ont pas perdu depuis trois journées.

Après la belle prestation du ST, la semaine dernière, en revenant de Ben Guerdane avec un nul (2-2) et celle du CSS qui a remporté le classico devant l’un de ses adversaires directs dans la lutte pour la deuxième place, l’ESS, on s’attendait à un match plein, spectaculaire et attractif entre le ST et le CSS. Mais cette fois-ci, les débats entre les deux formations ont été d’un niveau technique tout juste moyen. Ils ont été marqués par la prudence des deux équipes, l’engagement physique exagéré d’où les arrêts du jeu continus et l’absence de buts. Le spectacle devenait souvent ennuyeux. Le coach stadiste, Anis Boussaïdi, n’est pas de notre avis. «Pour moi le match a été serré et très disputé tactiquement. Mon équipe l’avait bien négocié. Elle s’est créé beaucoup d’occasions et on aurait pu l’emporter si la belle combinaison collective ayant mis Jacques Médina seul face au gardien de but sfaxien n’avait pas été sifflée hors jeu qui s’est avéré inexistant. Bref, mon équipe n’a pas démérité en disputant trois matches de suite sans défaite», a révélé Boussaïdi qui a mis en exergue le mauvais état de la pelouse qui avait influé négativement sur le jeu.

Jouer pour ne pas perdre

Malgré le nul, l’équipe bardolaise a fait preuve, selon son entraîneur, de beaucoup de qualités. Ses joueurs sont devenus plus motivés, plus généreux, efficaces dans les trois compartiments. «Menés à la marque par deux buts à zéro et revenir en force en égalisant face à une équipe farouche et intraitable dans son fief de la trempe de Ben Guerdane, n’est pas à la portée de n’importe quelle équipe. Tenir tête face au CSS victorieux la semaine dernière au classico face à l’ESS est aussi bon à signaler. Il confirme les progrès tangibles accomplis par mes joueurs, notamment sur le plan mental, tactique, concentration et motivation, surtout après la série des défaites. Reste l’amélioration du comportement devant la cage et j’en suis conscient. Mais ça demande beaucoup de temps. Depuis mon arrivée au club, je n’ai pas eu le temps d’entraîner l’équipe pendant une semaine entière. Maintenant, je suis content. Mes hommes jouent pour gagner», a précisé Anis Boussaïdi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Salah KADRI
  • CA: Renouer avec le succès

    A Radès, face à la lanterne rouge, les Clubistes doivent repartir de l’avant afin d’acheve…
  • UST: Requinqués et confiants 

    Après leur exploit devant le CSS qui les a hissés à la troisième place, les Tataouinis aff…
  • CAB : Le match de l’espoir

    Les Bizertins jouent, cet après-midi, leur place au play-off. Décidément, tous les matches…
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire