C’est un entraîneur qui a réussi, qui a apporté le plus à l’USM. Lassaâd Jarda revient sur le sacre de son club et insiste sur un point clef : son équipe a atteint un palier de performance élevé. Elle fera tout pour y rester et pour développer son potentiel.

L’USM n’a pas surpris en remportant la coupe pour la première fois de son histoire. D’abord, elle a confirmé sa belle prestation au cours de la saison qui lui a valu la troisième place au championnat national. Et puis elle a battu le champion national et africain, à savoir l’EST. «C’était un match plein. Nous avons réussi à le négocier grâce à notre  tactique payante, à l’application des joueurs et surtout à leur rage de vaincre. Terminer la première mi-temps par une avance d’un but et doubler la marque avant une dizaine de minutes de la fin de la seconde période de jeu n’est  pas facile à réaliser face à une équipe chevronnée de la trempe de l’EST», a expliqué l’entraîneur de l’USM Lassaâd Jarda qui a reconnu que l’adversaire n’ était pas physiquement au point contrairement à son équipe.

Pas un exploit, mais plutôt une confirmation

L’équipe monastirienne a attendu des années et des années pour s’adjuger la coupe de Tunisie. Un bel exploit historique. «Certes,  c’est une première réalisation nationale. Cela va rester dans les annales du club. Mais pour moi, c’est plutôt une confirmation des bons résultats réalisés au cours de la saison. En disputant 30 matches entre championnat et coupe, nous n’avons perdu que cinq rencontres seulement face aux grands ( EST, CSS, ESS ). C’est une belle performance. Et encore,  nous n’avons pas démérité dans les matches disputés en déplacement en totalisant 25 points. Et puis, il ne faut pas oublier qu’avant de battre l’EST en finale, nous avons éliminé de la course  deux grands, à savoir le CA et le CSS.

La coupe n’est qu’une récompense d’une saison où notre équipe s’est bien illustrée. Elle aurait pu terminer à la deuxième position au classement du championnat national. En un mot, l’USM a accédé à un palier supérieur. Elle est entrée dans le clan des grands clubs titrés du pays, «nous a confié Lassaâd Jarda.

Le coach usémiste a mis en exergue la réussite de ses protégés dans l’application des schémas tactiques qui varient selon leurs capacités et les circonstances du jeu». Ce sont de nouveaux systèmes tactiques appliqués dans le football moderne tels que le 3-6-1», nous a-t-il dit.

Une équipe métamorphosée à 80%

L’USM, qui a failli descendre en deuxième division la saison dernière, s’est mise en évidence cette saison par son jeu complet et efficace. Et ce, grâce au travail  bien fait du coach Lassaâd Chebbi Jarda et les staff technique et médical. Il a réussi à constituer un groupe de joueurs homogènes et compétitifs. «L’équipe est métamorphosée à 80%. Commençons par le gardien de but Béchir Ben Said qui était la saison écoulée remplaçant. Il est devenu cette  saison titulaire à part entière tout en donnant pleine satisfaction. Les deux Libyens Sabo et Talha, les nouvelles recrues, tout comme Mozes  et les frères Teka, ont été en vue eux aussi. Okpoto, refoulé par plusieurs clubs, a étalé son instinct de buteur à l’USM. Et voilà, il a terminé meilleur buteur du championnat avec 13 buts inscrits. Parmi l’effectif actuel, seuls quatre joueurs figuraient dans le groupe de la saison écoulée. Il s’agit de Zied Machmoum, Fehmi Ben Romdhane, Ali et Yacine Ameri. Grâce à un travail technique bien planifié et la bonne disposition des joueurs, nous sommes parvenus à constituer une équipe compétitive qui a réussi de l’avis de tous», a indiqué Lassaâd Chebbi Jarda.

D’autres acteurs…

Bien qu’il soit le principal artisan de l’exploit de l’USM en offrant au club sa première coupe de Tunisie, le coach Lassaâd Jarda aime bien qu’on dise que la mission a été accomplie par les différentes parties concernées. Chacun a eu sa touche. «Pour moi, j’ai réussi tactiquement en optant pour des schémas variés et proportionnels aux capacités de mes joueurs. Ils avaient donné leurs fruits. En outre, j’ai réussi à bien gérer l’équipe composée d’un amalgame de joueurs tout en donnant confiance aux jeunes. La touche des dirigeants réside dans leur soutien total et notamment le président du club, Ahmed Belli, qui n’a pas lésiné sur les moyens pour favoriser le travail. C’est quelqu’un qui écoute avant de prendre une décision. Pour les joueurs, ils sont disciplinés et bien appliqués .Ils sont ponctuels et infatigables, ils se donnent à fond», a révélé l’entraîneur des Usémistes.

Bien préparé pour la coupe de la CAF

Deux joueurs sont sûrs de quitter. Il s’agit des deux étrangers, à savoir Okpoto et Mozes. Leur départ influera-t-il  sur le rendement de l’équipe ? » Pas du tout. En conservant la même philosophie du jeu, les mêmes méthodes de travail, les mêmes habitudes de préparer la compétition, l’équipe ne perdra pas ses moyens.Nous avons tout préparé pour qu’on continue sur notre lancée en réalisant des résultats meilleurs et en  effectuant un parcours honorable dans la coupe de la CAF», a conclu l’entraineur Lassaâd Jarda Chebbi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Salah KADRI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire