La lutteuse tunisienne met le paquet sur la préparation pour être au top lors des J.O.


Blessée au genou lors du dernier tournoi international de Pologne, la lutteuse Maroua Amri, médaillée de bronze lors de la dernière édition olympique à Rio, s’est rétablie. Elle effectue un programme de rééducation basé essentiellement sur le travail physique. «Je me retrouve petit à petit. Et bien que je m’entraîne avec les messieurs, je n’ai pas encore de sparring- partner. Mais je suis très motivée, j’ai envie de reprendre avec les compétitions, surtout que je suis les tournois internationaux à la télévision. Dernièrement, en suivant le tournoi de Paris, j’ai vu ma catégorie de poids (62 kg) dominée par une Américaine que j’ai battue à deux reprises (aux Grands Prix d’Espagne et d’Allemagne). Ainsi, j’ai eu l’envie de renouer avec de pareilles compétitions qui demeurent un très bon moyen de bien préparer les Olympiades», nous a confié Maroua Amri, qui a confirmé que son programme de préparation pour les Jeux olympiques 2020  est consistant et promet une très belle prestation à Tokyo. «J’ai acquis de l’expérience. Je suis en mesure de prendre le dessus sur les meilleures mondiales dans ma catégorie de poids. Je les connais parfaitement», a ajouté notre championne. «Outre ses capacités physiques et techniques, Maroua est très intelligente, elle sait comment aborder son adversaire et doser son effort pour terminer le débat très fort. Elle est très motivée, elle a une remarquable rage de vaincre», a indiqué le DTN Ahmed Khédhri.

Premier stage à Tunis

Encadrée par l’entraîneur national Rochdi Réhimi, le préparateur physique Ahmed Hammami, en attendant le recrutement d’un bon kiné, Maroua Amri effectuera le premier stage de préparation à Tunis du 1er au 13 février 2021. Quatre jours après, elle entamera un deuxième stage de 2 semaines (du 17 février au 3 mars 2021 en Italie ou en Suède ou en Allemagne) qui sera ponctué par la participation au Tournoi d’Italie (4 au 7 mars).En rentrant à Tunis, elle sera appelée à entrer en stage bloqué du 15 au 31 mars 2021. Le 1er avril 2021, elle se rendra en compagnie des équipes nationales (libre, gréco-romaine et féminine) au Maroc pour prendre part au tournoi qualificatif aux Olympiades et au championnat africain du 2 au 11 avril 2021. Une semaine après ces deux joutes continentales, Maroua effectuera un stage de 3 semaines à partir du 18 avril au 12 mai 2021 en Chine ou au Japon. De retour à Tunis, elle aura un stage du 24 mai au 6 juin 2021 avant d’attaquer le tournoi de Pologne (du 8 au 13 juin) qui sera ponctué par un stage sur place qui se poursuivra jusqu’au 26 du même mois.

En juillet, elle prendra part au tournoi d’Espagne (1er-4 juillet), puis effectuera un stage qui se prolongera jusqu’au 11 du même mois. Pendant les deux dernières semaines du mois de juillet, elle effectuera l’ultime stage de préparation aux olympiades, et ce, du 18 au 31 juillet 2021 en Chine ou au Japon.

Quatre à huit qualifiables aux J.0.

Outre Maroua Amri qui demeure notre porte, drapeau, 4 à 8 lutteurs sont qualifiables aux jeux Olympiques de Tokyo. «Nous participerons au tournoi qualificatif et aux championnats d’Afrique avec 18 lutteurs à raison de 6 athlètes dans l’une des trois spécialités, à savoir libre, gréco-romaine et féminine. Ils seront bien préparés. Ils sont en mesure de s’imposer. Je souhaite que les jeunes, à l’instar de Zeineb Seghaier, Nour Jeljeli, Lamjed Maafi, Ayoub Barraje, Mehdi Jouini se qualifient aux Olympiades de Tokyo afin d’acquérir l’expérience pour pouvoir s’illustrer dans les prochaines éditions olympiques. Maroua Amri s’est classée 16e lors de sa première participation aux Olympiades, puis 8e en sa deuxième Olympiade avant de remporter une médaille de bronze lors de sa troisième Olympiade» a conclu le DTN Ahmed Khédhri. Voici, par ailleurs, les lutteurs qui doivent participer au tournoi qualificatif aux olympiades, puis aux championnats africains.

– Lutte libre : Farouk Jelassi (61 kg), Haithem Dakhlaoui (65 kg), Ayoub Barraje (74 kg), Maher Ghanemi (86 kg), Mohamed Saadaoui (97 kg) et Abdelmonaem Abdouli (125 kg), encadrés par l’entraîneur national Hassen Mastouri.

– Lutte gréco-romaine : Mehdi Jouini (55 kg),Selim Hamedi (60 kg), Slimane Naceur (67 kg) Lamjed Maafi (77 kg), Haithem Achouri (97 kg) et Amine Guennichi (130 kg), encadrés par l’entraîneur national Mohamed Bargaoui.

– Lutte féminine : Sarra Hamedi (50 kg), Ciwar Boussetta (57 kg), Zeineb Seghaier (68 kg), Maroua Amri (62 kg), Nour Jeljel (76 kg), Faten Hammami (53 kg), encadrées par les entraîneurs nationaux, Rochi Réhimi et Faouzi Kharrazi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Salah KADRI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire