Conformément à son programme scientifique 2021, la Cité des sciences à Tunis a organisé une série de rencontres sur l’économie circulaire. Nous  avons contacté le Dr Hassene Mouri, maître de conférences en sociologie du développement et environnement à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis (Issht), pour nous parler de la valorisation des déchets qui s’inscrivent dans la logique de l’économie circulaire.

Le plastique est un des bons matériaux d’emballage qui présente plusieurs avantages. Souvent,  le plastique constitue un mauvais déchet difficile à gérer.  Ce dernier  est léger et visible, il s’envole et affecte le paysage et l’espace urbains. Dans ce contexte, Dr Hassene Mouri, a révélé que sur une échelle plus globale, 280 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde en 2012, soit plus de 8.880 kilos de plastique par seconde, consommant environ 8% de la production mondiale de pétrole.

25 millions de tonnes de déchets plastiques sont collectées en Europe chaque année, dont seulement 25% sont recyclés. 

En Tunisie, la production du plastique est estimée à 10% de la totalité des déchets mobilisés dans les décharges contrôlées, la quantité générée est de 2,423 millions de tonnes par an, le taux de croissance estimé est de 2,5 % par an. 

Marché parallèle des déchets

Cette quantité de plastique recyclée révèle bien l’importance du marché parallèle des déchets et l’enjeu économique qui peut être engendré par l’installation de cette filière. Et notre interlocuteur de préciser : « La somme totale du plastique récupéré dans les décharges et dans la rue est d’une valeur estimée à 10 millions de dinars par an, d’après l’Agence nationale de protection de l’environnement.  C’est par un ensemble d’instruments réglementaires et économiques associés à des actions de terrain que la prévention de la pollution par le plastique a été engagée. Elle est devenue une de ses priorités absolues».

En 1997, fut lancé le système public de reprise et de valorisation des emballages usagés baptisé « Eco-Lef», les industriels-conditionneurs, «premiers responsables de leurs emballages en plastique », se sont mobilisés avec un nombre d’adhérents, sans cesse croissant, au système «Eco-Lef», contribuant ainsi financièrement à l’effort d’élimination de ces déchets.

«La valorisation des produits recyclables était un tournant dans le domaine de la récupération. Parallèlement, le cours mondial des prix de la matière première s’est  enflammé. On peut citer, parmi les matières premières,  à titre d’exemple, le cuivre et l’aluminium. Ce changement dans le domaine des produits recyclables a engendré une métamorphose. Le principe de l’économie circulaire est de recycler, de remédier et de resservir  les matériaux utilisés par les ménages ou par l’industrie, plutôt que de les disperser  après utilisation», a conclu Dr Mouri.

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire