Rached Ghannouchi est incontestablement le personnage le moins apprécié des Tunisiens. Ce dernier sondage confirme cette tendance. Seuls 7 % des Tunisiens sont satisfaits de son rendement.

Tous les sondages et baromètres politiques confirment ce constat depuis la révolution. Le chef du parti Ennahdha et président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Rached Ghannouchi, est la personne à laquelle les Tunisiens font le moins confiance. En effet, sa quête de popularité en tant que personnage politique ne cesse de se détériorer jour après jour, alors que les observateurs de la scène nationale et les analystes politiques présentent des explications divergentes pour interpréter ce constat.

Pourquoi Rached Ghannouchi est-il le personnage public le moins apprécié en Tunisie si on se réfère aux résultats des différents sondages politiques ? Le dernier sondage réalisé par Emrhod Consulting et publié, lundi 31 mai 2021, confirme encore ce constat, le président du Parlement, Rached Ghannouchi, se positionne en bas du classement des personnages politiques les plus populaires et dont le rendement est assez satisfaisant. Seuls 7 % des Tunisiens sont satisfaits de son rendement.

En effet, Rached Ghannouchi est incontestablement le personnage le moins apprécié des Tunisiens. Ces résultats ne font pas l’exception, un autre sondage d’opinions, réalisé par Sigma Conseil, montre que le président du mouvement Ennahdha et de l’ARP est de loin la personnalité qui ne bénéficie pas de la confiance des Tunisiens. Plus de 61% des personnes sondées n’ont pas confiance en lui et se disent insatisfaits de son rendement.

Un autre baromètre politique effectué par Tunisia Survey, spécialiste des enquêtes en ligne et des études digitales, réserve aussi la première place du podium de l’impopularité à Rached Ghannouchi avec 80% des répondants insatisfaits.

Comment expliquer ce constat ? Pourquoi Rached Ghannouchi se présente-t-il comme étant la personnalité politique la plus impopulaire ? Sous le couvert de l’anonymat, un analyste politique explique à notre journal que c’est notamment l’historique politique de Ghannouchi qui explique cette donne. Selon ses explications, Rached Ghannouchi est considérablement affecté par une image politique liée à l’extrême islamisme et, notamment, aux activités d’Ennahdha avant la révolution.

Dans ce cas, pourquoi Ennahdha parvient à remporter les élections ? Notre interlocuteur explique qu’il existe une grande différence entre le vote pour la personnalité de Ghannouchi et pour le parti Ennahdha. «Ennahdha demeure l’un des partis les mieux structurés en Tunisie, il dispose d’un important réservoir électoral et il fera toujours partie de l’échiquier politique», a-t-il expliqué.

Cependant, poursuit-il, pour Rached Ghannouchi, c’est autre chose, il incarne dans l’imaginaire des Tunisiens l’image d’un personnage politique assez détesté et impopulaire. Il explique aussi que ses relations étrangères, notamment avec les Frères musulmans, nuisent aussi à sa popularité, dans la mesure où Rached Ghannouchi ne parvient toujours pas à «tunisifier» son rendement et son image politiques.

En tout cas, selon ce dernier sondage, 41% des Tunisiens se disent aujourd’hui satisfaits du rendement du Président de la République, Kaïs Saïed, contre 44% au mois de janvier. Pour ce qui est du Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, 16% des sondés en sont satisfaits, une baisse par rapport au mois précédent où il affichait un taux de satisfaction de 18%.

Un duo toujours en-tête

S’agissant des intentions de vote pour la présidentielle, le Président en exercice, Kaïs Saïed est toujours en pole position avec 45% des voix, au second tour, il affronterait, alors, Abir Moussi avec 15%, si les élections sont organisées aujourd’hui.

Pour les élections législatives, le sondage place le parti destourien libre (PDL) en tête du classement avec 34% des intentions de vote, contre 37% le mois précédent. Il est suivi du mouvement Ennahdha avec 20% des voix qui enregistre une baisse de 6%. Cependant, ce sondage marque une nouvelle donne politique, dans la mesure où en troisième position, 10% des Tunisiens choisissent une «liste indépendante» contre 4%, il y a un mois. Elle est suivie Qalb Tounes avec 8%, Attayar 7%. La Coalition Al Karama ayant obtenu son statut de parti politique régresse de 3 à 2% des intentions de vote.

Coronavirus, l’insouciance

Mais ce qu’il faut souligner dans les résultats de ce sondage, c’est notamment l’insouciance des Tunisiens face aux risques épidémiologiques. En effet, seulement 47% des Tunisiens se disent préoccupés de la situation sanitaire en Tunisie en ces temps de pandémie Covid-19. Ce taux a connu une forte baisse par rapport au mois précédent où 66% des sondés craignaient la situation épidémique en Tunisie. Un constat qui intervient, alors qu’une troisième vague de contaminations par le coronavirus est annoncée pour ce mois de juin, le ministère de la Santé évoque même quatre mille morts supplémentaires d’ici au mois d’août.

Notons que le sondage en question a été réalisé durant la période entre les 26 et 29 mai 2021. Il a porté sur un échantillon de 1.400 personnes parmi les inscrits dans le registre de l’Isie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire