Deux problématiques «tactiques» pour Alain Giresse avant cette CAN. D’abord, le plan du jeu avec un dilemme entre 4-3-3 et 4-2-3-1, et ensuite le nombre et les noms des milieux offensifs. Contrairement à d’autres sélections qui gèrent l’abondance des excentrés ou les joueurs de couloir, nous avons le luxe (l’embarras aussi) des milieux-créateurs, ou des régisseurs (les seconds attaquants de technique).
Depuis le retour de Kasperczak, un trio, qui peut évoluer comme régisseur ou créateur, s’est imposé : M’sakni, Khazri et Selliti. Deux ans après, Giresse, comme son prédécesseur Maâloul, revient à cette formule mais avec un changement de taille. Khazri, qui a excellé en tant que milieu offensif qui pique sur les côtés, est reconverti en attaquant de pointe en France. Et nous pensons toujours que ce n’est pas le meilleur endroit où on peut l’exploiter. La preuve, il décroche trop, il a tendance à fuir la pointe de l’attaque en phase de construction pour venir en soutien à un milieu. Le trio Selliti-Khazri-Msakni est-il toujours d’actualité?
A quelques jours du premier match de la CAN, on peut dire que oui. Certainement que Msakni n’est plus celui d’il y a deux ans et qu’il souffre encore des séquelles de sa blessure. Certainement qu’il n’a pas 90’ dans les jambes, mais il reste un fantaisiste qui peut faire la différence à n’importe quel moment. Khazri devra partir lui aussi d’entrée, ce n’est pas un scoop. Quant à Selliti, il reste le créateur le plus en forme en ce moment. Giresse l’a placé à gauche lorsqu’on joue en 4-2-3-1. Et c’est avec ses dribbles et sa bonne vision au terrain qu’il fait jouer M’sakni et Khazri.
Ce trio créateur classique est concurrencé par deux joueurs: Khénissi et Srarfi. Si Khénissi part d’entrée, Srarfi devrait «céder» sa place à droite à Khazri. Si Khazri joue dans l’axe, on aurait alors une autre formule offensive plus «créatrice» avec quatre joueurs de technique dont rêve n’importe quel sélectionneur : le trio qu’on a cité et Srarfi, un garçon qui peut être la révélation de la CAN. Giresse peut manier des plans et brouiller les cartes de ses adversaires. Il doit bien utiliser son «capital technique».

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire